La Russie détruit plusieurs tonnes de nourriture sous embargo, la société civile s'indigne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
La Russie détruit plusieurs tonnes de nourriture sous embargo, la société civile s'indigne
©Reuters

Un geste inhumain

La Russie détruit plusieurs tonnes de nourriture sous embargo, la société civile s'indigne

319 tonnes de fromages, produits laitiers et fruits ont été incinérés ou broyés le 6 août dernier.

Alors qu'elle se contentait jusque là de les renvoyer à leurs expéditeurs, la Russie a commencé à détruire des tonnes de produits alimentaires occidentaux sous embargo le 6 août dernier. "A partir d'aujourd'hui, les produits agricoles, matières premières ou nourriture venant d'un pays ayant imposé des sanctions à la Russie ou à ses citoyens [...] et qui sont interdits sur le territoire russe doivent être détruits", a déclaré le ministère russe de l'Agriculture. Vladimir Poutine avait en effet interdit la consommation de produits en provenance des pays ayant sanctionné la Russie pour son rôle présumé dans la guerre civile ukrainienne. Le président a désormais ordonné leurs destructions, que les palettes soient interceptées à la douane ou que la marchandise soit saisie en magasin.

319 tonnes de nourriture (des produits laitiers, de la viande, ou des fruits et légumes) auraient ainsi été détruites lors de la première journée. La plupart par incinération, ou sous les roues de bulldozers. Cet empressement à détruire de la nourriture en période de crise a suscité l'émoi de la société civile. Pour le quotidien économique Vedomosti, il s'agit de "barbarie ostentatoire". Une pétition a été mise en ligne sur le site Change.org et près de 300 000 signataires réclament que ces produits soient donnés "aux anciens combattants, aux handicapés, aux familles nombreuses et à ceux qui ont souffert des récents désastres naturels". 

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !