La rencontre prévue à Jérusalem entre le pape François et le patriarche orthodoxe russe Kirill est « suspendue » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
Le pape François et le chef de l'Eglise orthodoxe russe, le patriarche Kirill, sont photographiés lors d'une réunion historique à La Havane le 12 février 2016.
Le pape François et le chef de l'Eglise orthodoxe russe, le patriarche Kirill, sont photographiés lors d'une réunion historique à La Havane le 12 février 2016.
©ADALBERTO ROQUE / PISCINE / AFP

Contexte de la guerre en Ukraine

La rencontre prévue à Jérusalem entre le pape François et le patriarche orthodoxe russe Kirill est « suspendue »

Le pape François a déclaré dans une interview publiée jeudi qu'une rencontre prévue à Jérusalem avec le patriarche orthodoxe russe Kirill a été « suspendue ».

Le pape François ne rencontrera pas le patriarche Kirill en juin prochain. S'exprimant dans le quotidien argentin La Nacion, le pape François a affirmé que les diplomates du Vatican avaient prévenu que la tenue de cette rencontre en juin « pourrait entraîner une grande confusion » au regard du contexte très sensible de la guerre en Ukraine. Le pape François a précisé dans cette interview publiée jeudi que la rencontre prévue à Jérusalem avec le patriarche orthodoxe russe Kirill a donc été « suspendue » , selon des informations de La Croix.

Le pape n'a donné aucune indication sur le nouveau calendrier et la future date de cette réunion et n'a pas donné de détails sur les raisons de son annulation.

Le patriarche russe Kirill est un fervent partisan de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Le pape François a appelé à la fin de la guerre et a dénoncé le massacre d'enfants et de civils en Ukraine.

Le pape François à l'occasion de la fête de Pâques avait notamment prononcé les paroles suivantes, alors qu'il s'adressait à une foule sur la place Saint-Pierre :

« Que la paix règne sur l'Ukraine déchirée par la guerre, si durement éprouvée par la violence et la destruction de cette guerre cruelle et insensée dans laquelle elle a été entraînée ».

Cette rencontre initialement prévue à Jérusalem aurait suivi son prochain voyage au Liban.

La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !