La Poste rencontre de nouveau les syndicats pour "éviter le pire" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La Poste rencontre 
de nouveau les syndicats 
pour "éviter le pire"
©

Suicides

La Poste rencontre de nouveau les syndicats pour "éviter le pire"

Alors que deux cadres de la Poste ont mis fin à leurs jours il y a moins d'un mois,la direction ouvre aujourd'hui une nouvelle séance de négociations avec les syndicats pour éviter de nouveaux suicides.

Objectifs intenables, pressions, rythmes effrénés, exigence de productivité, réorganisations. Les expressions reviennent souvent dans la bouche des salariés de la Poste témoignant de la dégradation de leurs conditions de travail.

Le 29 février, un cadre s'est jeté par la fenêtre sous les yeux de ses collègues à Rennes. le 11 mars, un autre se pend devant le centre de tri de Tregunc, également en Bretagne. Bruno avait écrit plusieurs dois au PDG de la Poste, Jean-Claude Bailly. Avant de mettre fin à ses jours, le cadre de 43 ans adresse un dernier message aux syndicats, dans lequel il pointe ouvertement la responsabilité de la Poste dans son désespoir :"Depuis trois ans, j'ai l'impression d'un acharnement. Je considère la hiérarchie de la Poste à l'origine de ma perte de repères", écrit-il.

"Il y a un grand malaise chez les encadrants. Il faut agir pour éviter le pire. Le rythme des réformes est effréné, on assiste à une course à la productivité. 260 000 personnes travaillent à la Poste, l'humaine devrait être au centre des préoccupations. or, il y a une nouvelle race de managers qui sont des releveurs de compteurs. chez eux, l'humain est une notion relativement abstrait.", témoigne un cadre anonymement.

Face à cette situation intenable, les syndicats (CGT, SUD, FO, CFDT, CGC-Unsa et CFTC) tentent de mettre la pression sur la direction. La réunion plénière qui se tient ce matin est la première depuis que Jean-Claude Bailly a formulé des propositions sur les conditions de travail suite au suicide de deux salariés. Les syndicats tentent également de rallier à leur cause les candidats à la présidentielle. Hier, ils ont rencontré François Hollande et Jean-Luc Mélenchon.

Le PDG de la Poste assure avoir pris "quatre décisions importantes" dont les négociations qui commencent ce matin et qui doivent aboutir à un "train de mesures concrètes d'ici le 30 avril". Il refuse pourtant catégoriquement de faire une pause dans les réorganisations, qui sont à l'origine de tous les maux selon les syndicats.

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !