La pauvreté s'intensifie, la solitude et l'isolement aussi selon un rapport du Secours catholique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les personnes aidées par le Secours Catholique perçoivent en moyenne 515 euros par mois
Les personnes aidées par le Secours Catholique perçoivent en moyenne 515 euros par mois
©Reuters

Triste

La pauvreté s'intensifie, la solitude et l'isolement aussi selon un rapport du Secours catholique

En 2013, l'association a apporté une aide à 1 477 000 personnes dont 692 000 enfants. Des chiffres édifiants.

La pauvreté touche davantage de personnes en 2013 que dans les précédentes années. Voilà en clair ce que dit le rapport annuel du Secours catholique publié ce jeudi. Les pauvres sont de plus en plus pauvres, mais la solitude et l'isolement les rendent de moins en moins visibles. "La pauvreté s'intensifie. On rencontre davantage de personnes avec un niveau de vie de plus en plus faible" analyse Bernard Thibaud, secrétaire général du Secours catholique aurpès de l'AFP.

En 2013, l'association a apporté une aide à 1 477 000 personnes dont 692 000 enfants. Des chiffres édifiants. Parmi ces personnes, en moyenne, ils perçoivent 515 euros de revenu par mois, soit 17 euros par jour. Un chiffre en dessous du seuil de très grande pauvreté placé à 651 euros. 16% n'ont aucune ressource.

40% des bénéficiaires sont des personnes seules, 30% sont des familles monoparentales et 24%, des couples avec enfants. Le rapport indique aussi que la part de personnes de 50 ans et plus ne cesse d'augmenter. Ces seniors font partie de "ces pauvretés qu'on ne voit plus", dit le Secours catholique. Les hommes seuls sont ceux qui ont le moins de revenus, avec en moyenne 437 euros par mois. 28% n'ont aucune ressource. L'isolement est important pour cette catégorie de personnes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !