La loi sur le secret des affaires sera maintenue mais amendée, assure Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron cède à la pression des journalistes
Emmanuel Macron cède à la pression des journalistes
©Reuters

Marche arrière

La loi sur le secret des affaires sera maintenue mais amendée, assure Emmanuel Macron

Les journalistes s'étaient opposés à cet article de la loi Macron qui menaçait la liberté d'informer.

Finalement, l'article sera amendé. Pas retiré mais amendé. Longtemps passé inaperçu au cœur de la tentaculaire loi Macron, l'article sur le secret des affaires dont le but affiché était de protéger les entreprises contre l'espionnage industriel, va donc être modifié. En clair, il punissait de trois ans d'emprisonnement et 375 000 euros la révélation "d'une information non publique, qui fait l'objet de mesures de protection raisonnables" et qui a "une valeur économique."

Problème : cela mettrait en péril les journalistes et les lanceurs d'alerte qui seraient menacés de poursuites en cas de révélations sur certaines sociétés. " Autrement dit, avec la loi Macron, vous n’auriez jamais entendu parler du scandale du Médiator ou de celui de l’amiante, de l’affaire Luxleaks, UBS, HSBC sur l’évasion fiscale, des stratégies cachées des géants du tabac, mais aussi des dossiers Elf, Karachi, Tapie-Crédit lyonnais…" expliquaient de nombreux journalistes dans une tribune commune.

Le ministre de l'Economie a donc proposé ce jeudi 29 janvier plusieurs amendements : la responsabilité ne sera pas retenue pour les lanceurs d'alerte et le délit ne pourra "pas être applicable dès lors qu'il s'agit de liberté d'expression et d'information" précise Emmanuel Macron.

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !