La grogne des éleveurs s'étend vers l'ouest, Le Foll promet de nouvelles aides | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La grogne des éleveurs s'étend vers l'ouest, Le Foll promet de nouvelles aides
©Reuters

Tache d'huile

La grogne des éleveurs s'étend vers l'ouest, Le Foll promet de nouvelles aides

Les blocages sont levés à Caen mais apparaissent dans la Manche, en Ille-et-Vilaine et en Sarthe.

La colère ne va retomber si facilement. Bien que le ministre de l’Agriculture ait annoncé une rencontre jeudi prochain, les éleveurs sont bien décidés à montrer les dents et faire entendre leur voix. Après les blocages de Caen, levés mardi, c'est autour de certains éleveurs de la Manche et de l'Ille-et-Vilaine d'investir les axes routiers. Des centaines d'entre eux bloquaient la route vers le Mont Saint-Michel, un des sites touristiques les plus visités de France. "C'est une action symbolique, pacifique, pour que les prix remontent et faire comprendre au ministre de l'Agriculture que la pression agricole ne va pas céder", a expliqué au Figaro l'un de ces manifestants lié à la puissante FNSEA.

Ec qu'ils réclament, c'est la venue du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll sur leur terrain. "Il faut que Stéphane Le Foll vienne traîner ses bottes dans les exploitations agricoles (...) et fasse respecter les accords du 17 juin" pris avec la grande distribution. Une méthode directive qui reste lettre morte, le gouvernement continuant néanmoins de promettre que les portes du ministère restaient "ouvertes".

A LIRE AUSSI - Colères agricoles : et s'il n'y avait qu'une seule chose à faire pour l'agriculture française, ce serait quoi ?

Interrogé ce mardi sur France 2, Stéphane Le Foll a promis de "veiller non seulement à répondre à l'urgence mais aussi à travailler sur le moyen et le long terme (...) Les solutions qu'on doit apporter doivent se faire à l'échelle nationale. Ma responsabilité c'est trouver des solutions pour trouver un moyen de sortir de la crise dans laquelle on est. "

Il souhaite désormais renégocier les prix. "On ne s'en sortira pas si on n'est pas capable de se mettre tous autour d'une table", explique-t-il annonçant en même temps des "aides spécifiques pour les éleveurs."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !