La deuxième demande de mise en liberté de Patrick Balkany sera examinée le 5 novembre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
La deuxième demande de mise en liberté de Patrick Balkany sera examinée le 5 novembre
©ERIC FEFERBERG / AFP

Enfin libre ?

La deuxième demande de mise en liberté de Patrick Balkany sera examinée le 5 novembre

La cour d’appel va examiner la nouvelle demande de mise en liberté de Patrick Balkany dans le volet de l’affaire concernant le blanchiment. Une première décision favorable a été rendue le 28 octobre.

 Selon des informations du Parisien, la cour d'appel de Paris va examiner la deuxième demande de mise en liberté de Patrick Balkany le mardi 5 novembre à 13h30. 

Le maire de Levallois-Perret avait obtenu, le 28 octobre, sa mise en liberté après sa condamnation, le 13 septembre , à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale avec mandat de dépôt.

Une deuxième demande devait néanmoins être obtenue dans le cadre de sa deuxième condamnation, le 18 octobre, à cinq ans de prison pour blanchiment, avec mandat de dépôt.

Patrick Balkany avait choisi de se présenter à l'audience lors de l’examen de sa première demande de mise en liberté. Il s'était dit "épuisé" par sa détention et avait plaidé "son âge et son état de santé" pour que lui soit accordé le droit de sortir de prison.

Ce droit avait été accordé avec un certain nombre de conditions. Il devait verser une caution. Et  la cour d'appel avait également décidé de son placement sous contrôle judiciaire avec obligation de pointer à la gendarmerie une fois par semaine près de son domicile de Giverny, dans l'Eure. Il ne pouvait pas se rendre en Ile-de-France également, sauf pour raisons médicales.

Patrick Balkany est incarcéré depuis le 13 septembre à la prison de la Santé à Paris.

Le procès en appel pour le volet fraude fiscale est programmé du 11 au 18 décembre prochain. Il n'y a pas encore de date pour le dossier concernant le blanchiment.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !