La Chapelle-Pajol : Valérie Pécresse promet de "nettoyer" le quartier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La Chapelle-Pajol : Valérie Pécresse promet de "nettoyer" le quartier
©Reuters/Charles Platiau

Super-héros

La Chapelle-Pajol : Valérie Pécresse promet de "nettoyer" le quartier

"Il n’y a pas que le problème des migrants, il y a le problème des trafiquants", précise la présidente du conseil régional d'Île-de-France.

Le 19 mai, Le Parisien a révélé que dans le quartier parisien de la Chapelle-Pajol, situé à cheval sur le Xe et le XVIIIe arrondissement, les femmes sont constamment harcelées par les hommes très agressifs (migrants, dealers, passeurs, vendeurs à la sauvette). Elles n’ont plus le droit d'y circuler, entrer dans les bars, les restaurants ou encore porter les vêtements qu’elles souhaitent. Valérie Pécresse s'était alors emparée de la question. Ce dimanche 28 mai, Le Bondy Blog a rapporté une conversation que la présidente du conseil régional d'Île-de-France avait eue avec un des riverains du quartier.  

"Ne vous inquiétez pas, le quartier va être nettoyé, et quand le quartier sera nettoyé, vous redeviendrez calme chez vous"

"Ce que je demande, que ces gens-là [les migrants, NDLR], il faut les héberger, faut pas les laisser comme ça. Pas à la Chapelle car c’est devenu pire que Barbès. Je ne vous cache pas, je suis propriétaire, j’ai travaillé toute ma vie. Faut les loger ailleurs", avait expliqué l'homme à Valérie Pécresse.

"Ne vous inquiétez pas, le quartier va être nettoyé, et quand le quartier sera nettoyé, vous redeviendrez calme chez vous", avait répondu Valérie Pécresse. "Il n’y a pas que le problème des migrants, il y a le problème des trafiquants", avait-elle également précisé. 

>>> À lire aussi : "Jeunes des quartiers" et violences en série : la France face à une génération incapable de respecter la moindre autorité 

Lu sur Le Lab

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !