La Banque de France abaisse très légèrement sa prévision de croissance pour 2022, à 3,6% | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le bâtiment Citeco (cité de l'économie) de la Banque de France avant son inauguration, le 15 mai 2019 à Paris.
Le bâtiment Citeco (cité de l'économie) de la Banque de France avant son inauguration, le 15 mai 2019 à Paris.
©ERIC PIERMONT / AFP

Prévisions en légère baisse

La Banque de France abaisse très légèrement sa prévision de croissance pour 2022, à 3,6%

Cette baisse annoncée s’explique par la reprise épidémique et les pénuries, qui devraient peser légèrement sur l’économie

La Banque de France a très légèrement abaissé ce dimanche sa prévision de croissance de l'économie française pour 2022, anticipant une progression de 3,6% au lieu de 3,7%, malgré « le rebond de toutes les composantes de la demande intérieure ».

La croissance du PIB devrait cependant rester « solide » avec une prévision relevée à 2,2% en 2023 au lieu des 1,9% annoncés. La France ne devrait toutefois pas retrouver son rythme d’avant crise avant 2024, avec une croissance annuelle d’environ 1,4%.

Ces prévisions sont donc plus prudentes que celles avancées par le gouvernement, qui tablait sur un croissance de 4% en 2022. La Banque de France présente également un scénario alternatif en cas de nouvelles restrictions sanitaires au premier semestre 2022, qui conduirait à une croissance de seulement 2,2%. 

Pour cette année 2021, la croissance devrait être de 6,7%. Du côté de l’inflation, une hausse des prix importante devrait avoir lieu courant 2022, avec un taux moyen de 2,5%. Le retour à la normale ne devrait pas avoir lieu avant 2024 avec une inflation de 1,5%, soit le niveau observé avant la crise financière de 2008.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !