L'université d'été du PS s'ouvre dans un climat de tensions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'université d'été du PS s'ouvre dans un climat de tensions
©Reuters

Discorde

L'université d'été du PS s'ouvre dans un climat de tensions

Entre frondeurs et réformistes, rien ne va plus au parti socialiste.

Cette fois, cela devient une habitude. Le parti socialiste débute son université d'été à la Rochelle ce vendredi fortement divisé. Les deux camps idéologiques tentaient d'ailleurs d'attirer la lumière médiatique à eux, avant même le début des "festivités." Jeudi dernier , les réformistes étaient à Léognan (près de La Rochelle) pour applaudir le libéral Emmanuel Macron, tandis que les frondeurs se réunissaient à Marennes (là aussi près de La Rochelle) aux côtés de représentants de Siryza et de Podemos, les partis de gauche radicale en vogue en Europe.

D'un côté, on tente de rassembler autour du gouvernement, de l'autre on met en garde contre une politique trop à droite. "Notre politique n’a pas de base électorale, donc comme nous ne pouvons pas changer le peuple, il faut changer de politique" assure au Monde le frondeur Christian Paul. "Moi, Marennes, j’y vais pour les huîtres et pour rien d’autre" se moque un réformiste. Ente les deux camps, la tension ne retombe pas les invectives vont bon train.

A l'image d'Europe Ecologie – Les Verts, en pleine scission, le parti socialiste risque au mieux une unité de façade autour de la motion majoritaire pro-gouvernement, votée en juin dernier, au pire une fracture durable, en attendant les prochaines élections régionales. Mal engagées, ces dernières ne devraient qu'accentuer la crise au sein du parti.

http://www.rfi.fr/france/20150827-france-universite-ete-ps-s-ouvre-discorde-rochelle

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !