L’UFC-Que Choisir alerte sur les pénuries de médicaments et lance un appel à l’Etat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
médicaments pharmacie
médicaments pharmacie
©LUDOVIC MARIN / AFP

Besoins vitaux

L’UFC-Que Choisir alerte sur les pénuries de médicaments et lance un appel à l’Etat

Face à l’explosion des pénuries de médicaments ces dernières années, l’UFC-Que Choisir a demandé à l’Etat de mettre en place des mesures pour endiguer ce phénomène.

L’UFC-Que Choisir a dévoilé ce lundi 9 novembre une étude sur la question des médicaments. Selon les résultats de cette enquête, le nombre de pénuries de médicaments est passé de 405 en 2016 à presque trois fois plus en 2019. Cette année, 2.400 ruptures devraient être constatées, soit «six fois plus qu'il y a quatre ans», selon l'étude dévoilée par l’association et basée sur des données de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Cette situation est d'autant plus alarmante que les pénuries en question concernent des médicaments dits d'intérêt thérapeutique majeur (MITM), «pour lesquels une interruption de traitement peut être susceptible de mettre en jeu le pronostic vital des patients».

L'UFC-Que Choisir déplore le fait que les laboratoires pharmaceutiques apportent des solutions «rarement à la hauteur des enjeux sanitaires». Dans 30% des situations, les industriels renvoient vers un autre médicament, alors que «les substitutions peuvent entraîner des effets secondaires plus importants, ou nécessiter un temps d’adaptation à la nouvelle posologie, particulièrement pour les patients âgés», d’après l'UFC.

Dans près d'un cas sur cinq (18%), les laboratoires « ne proposent tout simplement aucune solution de substitution ».

Sur la liste des 140 médicaments signalés en rupture de stock et en tension d'approvisionnement par l'ANSM au 15 juillet 2020, les médicaments indisponibles sont principalement des produits anciens (75% sont commercialisés depuis plus de 20 ans) et peu coûteux (les trois quarts coûtant moins de 25 euros).

L'UFC-Que Choisir plaide pour plusieurs mesures, dont l'obligation pour les laboratoires de constituer «des stocks suffisants pour répondre aux besoins des usagers du système de santé pour l'ensemble des médicaments d'intérêt thérapeutique majeur».

L’association souhaite également le développement d'une production publique de médicaments, « à même d'assurer la fabrication continue de ceux délaissés par les laboratoires ».

UFC-Que Choisir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !