L'ONU indique que 795 millions de personnes sont victimes de sous-alimentation dans le monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
L'ONU indique que 795 millions de personnes sont victimes de sous-alimentation dans le monde
©Reuters

Des chiffres alarmants

L'ONU indique que 795 millions de personnes sont victimes de sous-alimentation dans le monde

La FAO dénonce l'insécurité alimentaire de l'Irak, la Syrie, le Mali, le Sud-Soudan, la République démocratique du Congo et de Centrafrique

Dans son rapport sur l'insécurité alimentaire dans le monde (SOFI 2015) publié ce jour, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) observe que 795 millions de personnes sont victimes de sous-alimentation, soit 167 millions de moins que le milliard révélé entre 1990 et 1992 et ce, en dépit de la forte croissance de la population mondiale (+ 1,9 milliards d'humains depuis 1990). Le rapport indique un net progrès en Asie, en Amérique latine ainsi qu'aux caraïbes, mais tire la sonnette d'alarme concernant l'Afrique subsaharienne qui comptabilise près d'un quart de sa population comme étant en état de sous-alimentation.

L'ONU révèle que 72 des 129 pays en développement auraient atteint l'Objectif du millénaire, instauré à New York en 2000 et destiné à réduire la famine sur une période de 15 ans, précisant cependant que certains pays l'auraient manqué de peu. Plusieurs facteurs sont à l'origine de la persistance de la sous-alimentation mondiale ont été mis en avant par la FAO comme "les catastrophes naturelles et les conflits, le changement climatique, les crises financières ou les crises sur les prix". "La faim dans les pays qui connaissent ce genre de situation est trois plus élevée qu'ailleurs. En 2012, environ 366 millions de personnes vivaient dans ce type de contexte, dont 129 millions étaient sous-alimentées".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !