L'islam progresse trop en France pour trois Français sur quatre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'islam progresse trop en France pour trois Français sur quatre
©

Journée du sondage

L'islam progresse trop en France pour trois Français sur quatre

Huit Français sur dix estiment qu'il a "trop d'assistanat" dans le pays tandis que trois sur quatre pensent que "l'islam progresse trop", selon un sondage Ifop publié dans le JDD.

Un sondage qui risque de faire parler. D'après un sondage Ifop publié dans le Journal du Dimanche, huit Français sur dix jugent qu'il y a "trop d'assistanat" dans le pays. En effet, il y aurait "trop d'assistanat et beaucoup de gens qui abusent des aides sociales" pour 80% des sondés. Ce taux était de 79% en novembre 2011, d'après le même institut.

En outre, 75% des personnes interrogées pensent que "l'islam progresse trop en France" alors que 70 % estiment qu'il faut que "l'Etat donne plus de libertés aux entreprises". Ils étaient 69 % à penser la même chose, un an plus tôt. Par ailleurs, 66% des sondés critiquent le fait que "seules les familles les plus aisées peuvent choisir l'établissement scolaire de leurs enfants".

Concernant la sécurité dans le pays, 56% des personnes interrogées jugent qu'on "ne se sent en sécurité nulle part", le même taux que l'année précédente. 51% pensent que "les chômeurs pourraient trouver du travail s'ils le voulaient vraiment" conte 53% il y a un an.

Au sujet du mariage homosexuel, 52% sont opposés au fait que "les couples du même sexe devraient pouvoir adopter des enfants".

Le sondage publié ce dimanche a été réalisé par internet du 6 au 8 novembre auprès d'un échantillon de 2 023 personnes, représentatif de la population française adulte et sélectionné selon la méthode des quotas.

 

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !