L'inquiétant parcours du preneur d'otages à Condé-sur-Sarthe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
L'inquiétant parcours du preneur d'otages à Condé-sur-Sarthe
©JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Multirécidiviste

L'inquiétant parcours du preneur d'otages à Condé-sur-Sarthe

C'est sa sixième prise d'otages depuis qu'il est incarcéré.

Le détenu, qui a pris en otage deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe dans la soirée de mardi, n'en ai pas à son coup d'essai. C'est sa sixième prise d'otages depuis qu'il est incarcéré. Francis Dorffer, 35 ans, est considéré comme le "champion de la prise d'otages carcérale". C'est en 2006, qu'il commence en retenant contre son gré une psychiatre de la prison de Nancy. En 2009, il prend en otage un surveillant à Clairvaux, en 2010 un psychiatre à la Santé à Paris et en 2011 un gardien à Poissy dans les Yvelines. En 2017, Francis Dorffer tente même de s'évader de la prison de Colmar ; il prend de nouveau en otage un surveillant de l'établissement et il écope de ce fait en 2018 d'une peine de 12 ans d'incarcération.

Francis Dorffer est emprisonné depuis ses 16 ans, et libérable en 2060, après des condamnations pour viols, vols et assassinat. Depuis le début de sa peine, il a été transféré dans une vingtaine de structures pénitentiaires différentes. Le criminel est connu pour souffrir de troubles psychiatriques lourds et est classé DPS (Détenu Particulièrement Signalé) selon le ministère de la Justice.

La nuit dernière, il a donc retenu dans sa cellule et menacé deux surveillants à la prison de Condé-sur-Sarthe pour des raisons personnelles : son épouse demande le divorce, il demandait aussi des médicaments notamment du Subutex. Finalement, à 0h30, les otages sont libérés grâce au travail du Raid et des Eris  (équipes régionales d’intervention et de sécurité).

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !