L’IGPN a été saisie de plus de 1000 enquêtes judiciaires en 2021 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
L’IGPN a été saisie de plus de 1000 enquêtes judiciaires en 2021
©PATRICK KOVARIK / AFP

Rapport annuel

L’IGPN a été saisie de plus de 1000 enquêtes judiciaires en 2021

L’Inspection générale de la police nationale a publié vendredi 22 juillet son rapport annuel. Si les saisines sont stables par rapport à l’année précédente, la "police des polices" craint une hausse des procédures d’enquête avec la fin progressive des confinements liés à la pandémie de Covid-19.

L’IGPN a recensé en 2021 37 morts lors d’opérations de police, dont 10 tués par balles, et 79 blessés. En 2020, 32 morts et 78 blessés avaient été comptabilisés. En outre, la « police des polices », a été saisie de 1093 enquêtes judiciaires, selon son rapport annuel publié vendredi. Des chiffres qui restent relativement stables par rapport aux années précédentes. 

Selon son décompte, les policiers ont utilisé leur arme à feu 290 fois en 2021, soit une hausse de 2% par rapport à 2020. Les tirs contre les véhicules en mouvement augmentent également légèrement, avec 157 tirs, contre 153 en 2020 et 147 en 2019.

Un peu moins de la moitié (47 %) des 1093 enquêtes ouvertes portent sur des allégations de violences commises par les policiers. Les enquêtes pour soupçons d’injures à caractère raciste « augmentent légèrement », ajoute le rapport. Il y en a eu 51 en 2021, contre 38 en 2020 et 31 en 2019.

Toutefois, cette tendance doit être envisagée avec « précaution » du fait de l’épidémie de Covid-19 qui, avec les confinements et couvre-feu, a réduit les « activités humaines », précise l’IGPN. Dans 37% des cas, ces violences interviennent lors d’une interpellation, d’un refus d’obtempérer ou d’une opération de police-secours.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !