L'identité de conseillers secrets de Marine Le Pen révélée par Mediapart et BuzzFeed | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'identité de conseillers secrets de Marine Le Pen révélée par Mediapart et BuzzFeed
©Reuters

Visiteurs du soir

L'identité de conseillers secrets de Marine Le Pen révélée par Mediapart et BuzzFeed

D'après l'enquête, la présidente du FN "se fait conseiller par des énarques, des préfets hors cadre, des anciens du Conseil d'État et de la Cour des comptes, des dirigeants de grands groupes".

Ils sont énarques, patrons du CAC 40 ou encore ex-préfets. Leur point commun : avoir "œuvré" pour le Front national. Une enquête de BuzzFeed et de Mediapart a révélé les noms de plusieurs conseillers de l'ombre de Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle. "Dans les coulisses, notre enquête montre que la présidente frontiste se fait conseiller par des énarques, des préfets hors cadre, des anciens du Conseil d'État et de la Cour des comptes, des dirigeants de grands groupes" assure BuzzFeed.

D’après l'enquête, on retrouverait un directeur du développement commercial d'un grand groupe du CAC 40, un ancien préfet de l'Aube, un énarque, avocat fiscaliste, un ancien élève de l'Ecole normale supérieure (ENS) et agrégé de philosophie ou encore un retraité de la Cour des Comptes depuis 2014.

"La plupart d'entre eux ont passé une partie de leur carrière dans les cabinets de ministres RPR ou UMP, époque Chirac ou Sarkozy, avant de réaliser, dans le secret, et parfois sous pseudonyme, la fameuse union des droites" affirme BuzzFeed. Contactées par ce dernier média et Mediapart, toutes ces personnalités ont décliné les demandes d'interview, ou bien nié leur participation à la campagne présidentielle frontiste.

Lu sur BuzzFeed

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !