L'ex-ambassadeur Boris Boillon interpellé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'ex-ambassadeur Boris Boillon interpellé
©

La main dans le sac

L'ex-ambassadeur Boris Boillon interpellé

En partance pour Bruxelles, il transportait 350 000 euros et 40 000 dollars en liquide.

Selon Mediapart (article payant), l'ancien ambassadeur de France en Tunisie, Boris Boillon, a été interpellé par la douane française à la garde du Nord, le 31 juillet dernier. En partance pour Bruxelles, le sac de l'ancien diplomate et conseiller de Nicolas Sarkozy reconverti dans les affaires contenait 350 000 euros et 40 000 euros en liquide - soit bien au-delà des 10 000 euros en deçà desquels il n'est pas nécessaire de les déclarer dans le cadre d'un transfert au sein de l'Union européenne, dit l’article 464 du Code des douanes. Ce dernier, qui voyageait sans papier d'identité, avait pourtant déclaré ne pas transporter de devises sur lui.

Boris Boillon aurait assuré aux douaniers que l'argent provient de son activité de consultant. "En l'absence de système bancaire développé en Irak, ces entreprises m'ont réglé à Paris en numéraire", aurait-il ajouté selon le procès-verbal sorti par Mediapart : selon lui, l'argent était destiné à créer une filiale belge de sa société.

"J'ai oublié mes documents d'identité en Belgique. Je suis venu ce matin à Paris, juste pour la journée parce que justement, je n’étais pas à l’aise avec cet argent, qui était stocké en partie dans mon bureau, et une autre partie dans une mallette qui était enterrée à côté de ma cave, et je voulais régulariser la chose au plus vite" note-t-il encore dans ce procès-verbal.

Boris Boillon a été ambassadeur en Irak (2009-2011) avant de rejoindre la Tunisie (2011-2012). Soutien et ami de Mouammar Kadhafi, il est remplacé par François Gouyette, le 24 août 2012. Il se reconvertit alors dans le privé en créant Spartago, une société de consulting, en novembre 2012.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !