L'Etat islamique menace les patrons de Facebook et Twitter | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Si vous fermez l'un de nos comptes, nous en prendrons dix en retour", préviennent les auteurs de cette vidéo.
"Si vous fermez l'un de nos comptes, nous en prendrons dix en retour", préviennent les auteurs de cette vidéo.
©

Contre-attaque

L'Etat islamique menace les patrons de Facebook et Twitter

"À Mark et Jack, fondateurs de Twitter et Facebook, et à leur gouvernement de croisés", lancent les auteurs de cette menace, qui se présentent comme "Les Fils de l'armée du Califat".

Le site d'information Vocativ a repéré sur internet une vidéo longue de 25 minutes dans laquelle le PDG de Facebook Mark Zuckerberg, et celui de Twitter Jack Dorsey, apparaissent criblés de balles. Un groupe qui affirme être lié à l'Etat islamique a revendiqué la publication de cette vidéo, en promettant des représailles informatiques après la suppression de nombreux comptes de propagande de l'organisation terroriste sur les réseaux sociaux. 

"À Mark et Jack, fondateurs de Twitter et Facebook, et à leur gouvernement de croisés", lancent notamment les auteurs de cette vidéo, qui se présentent comme "Les Fils de l'armée du Califat".

"Vous annoncez tous les jours supprimer plusieurs de nos comptes, ce à quoi nous répondons : C'est tout ce que vous pouvez faire ? Vous ne jouez pas dans la même catégorie (…) Si vous fermez l'un de nos comptes, nous en prendrons dix en retour, et bientôt, on effacera vos noms de l'histoire après avoir fermé vos sites", peut-on lire également en sous-titres. Il y a trois semaines, Twitter avait annoncé la suppression de 125 000 comptes diffusant des "contenus terroristes", et Facebook avait annoncé une démarche similaire. 

>>>> à lire aussi : La France est-elle en train de préparer une intervention militaire directe en Libye, dans la foulée de ses opérations (plus trop) secrètes contre l’Etat islamique ?

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !