L'Etat Islamique aurait formé des enfants-soldats pour cibler l'Europe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'Etat Islamique aurait formé des enfants-soldats pour cibler l'Europe
©AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Terrorisme

L'Etat Islamique aurait formé des enfants-soldats pour cibler l'Europe

D'après une enquête publiée par le journal Le Monde, Daesh aurait recruté des enfants kamikazes pour qu'ils commettent des attentats en Europe.

L'hypothèse est inquiétante. Des enfants ayant grandi en Syrie auraient été recrutés par Daesh pour perpétrer les futures attaques terroristes sur le sol européen, selon une enquête du Monde, publiée ce mardi 26 juin. Les révélations du quotidien se basent sur le témoignage de Jonathan Geoffroy, un djihadiste français remis à la France en septembre dernier.  Selon cet homme de 35 ans, l'Etat islamique forme les des enfants kamikazes, entre autres pour que les services de renseignement européens ne soient pas en mesure de les identifier. 

"Je sais que les futures opérations extérieures seront commises par des enfants qui auront grandi sur zone et qui, passé l’adolescence, seront envoyés en Occident, en Europe et en France, pour y mener des opérations suicides. Mais surtout, ils seront méconnaissables du fait qu’on ne pourra pas les identifier au faciès (…). Mais c’est un projet au long cours, car ils veulent qu’ils grandissent pour pas qu’il y ait de reconnaissance faciale ", explique Jonathan Geoffroy aux enquêteurs de la DGSI.

Originaire de Toulouse, le trentenaire affirme que les campagnes françaises sont également dans le viseur de l'EI. « Le deuxième projet, dont ils attendaient les nouvelles quand je suis parti, ils voulaient faire des opérations dans des campagnes isolées où il n’y a pas de caméra. Ce n’est pas de grosses attaques, mais c’est pour mettre la terreur dans la campagne française… » , explique l'homme mis en examen pour association de malfaiteur terroriste.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !