L'Etat islamique annonce avoir décapité un journaliste américain, Paris dénonce une "barbarie" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'Etat islamique annonce avoir décapité un journaliste américain, Paris dénonce une "barbarie"
©

Terreur

L'Etat islamique annonce avoir décapité un journaliste américain, Paris dénonce une "barbarie"

La vidéo de l'exécution sommaire a été authentifiée par la Maison blanche, ce mercredi. Europe1.fr assure que le bourreau est un citoyen britannique.

La Maison Blanche a confirmé, mercredi 20 août en milieu de journée, l'authenticité de la vidéo montrant l'exécution sommaire du journaliste américain James Foley par l'Etat islamique, rapporte lemonde.fr. Peu avant, le site du Global Post, pour lequel il travaillait, expliquait que le FBI estimait également cette vidéo authentique. La vidéo, baptisée "Un message pour l'Amérique", d'une durée de 5 minutes, a été postée mardi 19 août par l'EIIL sur des réseaux sociaux, notamment Twitter ; rapidement, ses utilisateurs ont appelé à ne pas la diffuser.

Outre-Atlantique, le président américain Barack Obama a jugé qu'un groupe comme l'Etat islamique était un "cancer" qui n'avait "pas sa place au 21e siècle". Côté français, l'annonce de la décapitation du journaliste a été qualifiée de "barbarie" par la voix du porte-parole du gouvernement français, Stéphane Le Foll. 

D'après les informations d'Europe1.fr, le bourreau qui a décapité le journaliste, et qui s'exprimait dans un anglais parfait, est un ressortissant britannique. 

Qui était James Foley ?

James Foley, un reporter américain, avait disparu en Syrie depuis deux ans. L'homme de 40 ans travaillait au Moyen-Orient depuis cinq ans, lors de son enlèvement par des hommes armés, en novembre 2012. Il couvrait le conflit en Syrie, où il a assisté au soulèvement contre le régime de Bashar Al-Assad pour le site américain GlobalPost, l'AFP et d'autres médias. Ses proches et sa famille n'ont jamais eu de nouvelles depuis. 

Dans la vidéo postée mardi, les jihadistes montrent aussi les images d'un autre journaliste américain identifié comme étant Steven Sotloff. Ces derniers menacent de l'abattre à son tour si le président américain Barack Obama ne met pas fin aux frappes aériennes américaines en Irak.

lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !