L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Cultura magasin écriture inclusive boycott
Cultura magasin écriture inclusive boycott
©DR

Polémique 2.0

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

Cultura a répondu à un commentaire de l’une de ses clientes au sujet de l’écriture inclusive. La polémique s’est ensuite propagée sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes ont lancé un appel au boycott.

Cultura, l’enseigne de grande distribution spécialisée dans les loisirs culturels, est au cœur d’une polémique sur les réseaux sociaux, selon des informations de Valeurs Actuelles. Le 2 août dernier, une internaute et visiblement cliente de Cultura, se plaignait d'avoir reçu un e-mail de l’entreprise en écriture inclusive. 

La réponse de la société - via un community manager – a suscité de nombreuses critiques et au cœur de la polémique. 

Voici le message de réponse de Cultura sur les réseaux sociaux :

« Bonjour Oreliane, l'écriture inclusive est née de la volonté de faire changer les mentalités sur l'égalité homme/femme par le langage. Si cela est un soucis pour vous, nous ne vous retenons pas. Très bonne continuation ». 
Ce message a été publié le 3 août.

Face à la polémique, Cultura décide de supprimer cette publication. 

Cette décision a suscité de nouvelles critiques sur les réseaux sociaux.  

Cultura a fait face à une vague d’indignations sur Twitter. De nombreux clients ont décidé de boycotter et de ne plus se rendre dans l’enseigne en question.   

L’écriture inclusive est de plus en plus utilisée par les entreprises et les politiques, nouveau symbole d’égalité femmes-hommes. 

Valeurs Actuelles

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !