L'édifiant rapport sur le malaise des forces de police en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
L'édifiant rapport sur le malaise des forces de police en France
©CHRISTOPHE SIMON / AFP

Désastreux

L'édifiant rapport sur le malaise des forces de police en France

Le journal Le Figaro dévoile le contenu du rapport de la commission d'enquête sénatoriale sur "l'état de la sécurité intérieure".

Malaise, perte de sens, découragement, démotivation… C'est le terrible bilan que dresse un rapport sénatorial de l'état des forces de sécurité intérieure dévoilé par le journal Le Figaro.

"Il y a un grand danger pour la République de donner l'impression que l'on néglige sa sécurité intérieure. Même s'il y a toujours cette passion du métier qui est de défendre la veuve et l'orphelin, nous assistons à un épuisement moral, en particulier dans la police, qui présente un esprit de corps moins soudé que les gendarmes, protégés par leur statut militaire" explique Minchel Boutant, sénateur PS et président de la commission d'enquête.

Après six mois d'enquête et près de 40 auditions sur le terrain, les parlementaires dressent un bilan saisissant et ont formulé 32 propositions pour améliorer la situation des forces de police.

Le bilan

Seulement un weekend sur six de repos et un taux de suicide 36% supérieur à la moyenne nationale, du matériel hors d'usage, des locaux délabrés, pénurie de munitions qui empêche les entrainements au tir…  Et malgré ces conditions de travail désastreuses, le rapport pointe les 21,82 millions d'heures supplémentaires non récupérées et non indemnisées effectuées par les services de police. "Une conséquence directe de l'augmentation importante de l'activité opérationnelle des services" selon le rapport et une facture évaluée à 272,10 millions d'euros pour l'Etat.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !