L'Assemblée nationale rend hommage à une collaboratrice fauchée à vélo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'Assemblée nationale rend hommage à une collaboratrice fauchée à vélo
©GERARD JULIEN / AFP

Vive émotion

L'Assemblée nationale rend hommage à une collaboratrice fauchée à vélo

Un hommage a été rendu à Armelle Cizeron, une collaboratrice parlementaire, en ce vendredi après-midi dans la Cour d'honneur de l'Assemblée. Une minute de silence a également été respectée à 15 heures dans l'hémicycle. La jeune femme, âgée d'une trentaine d'années, a été tuée dans la journée de vendredi alors qu'elle circulait à vélo.

L'Assemblée nationale a tenu à rendre hommage à Armelle Cizeron, une collaboratrice parlementaire. Cette jeune femme, âgée d'une trentaine d'années, a été tuée devant le site de l'Assemblée, lors d'un accident à vélo. De nombreux députés, des collaborateurs parlementaires et le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, ont tenu à lui rendre hommage. 
L'un des vice-présidents, Hugues Renson (LREM), a confirmé cette triste nouvelle. 
"Ce matin, pendant nos travaux, aux abords de l'Assemblée nationale, un drame s'est produit." Le décès dans un accident de vélo "sur le chemin de son travail" d'une collaboratrice de l'élue non-inscrite Jeanine Dubié (radicale des Hautes-Pyrénées) a profondément marqué le palais Bourbon. 
L'accident s'est produit devant l'institution, sur le quai d'Orsay, plus précisément au niveau du pont de la Concorde. Selon des sources parlementaires, la jeune femme aurait été percutée, vraisemblablement par un camion, alors qu'elle circulait à vélo. 
Un hommage a donc été rendu à la jeune femme suite à cette terrible tragédie. Une première cérémonie s'est déroulée dans la Cour d'honneur de l'Assemblée. Une minute de silence a également été respectée dans l'enceinte de l'Assemblée nationale aux alentours de 15 heures. 
Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !