L'armée de l'air française a utilisé plus de 1 600 bombes et missiles contre l'État islamique depuis septembre 2014 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'armée de l'air française a utilisé plus de 1 600 bombes et missiles contre l'État islamique depuis septembre 2014
©Reuters

Défense

L'armée de l'air française a utilisé plus de 1 600 bombes et missiles contre l'État islamique depuis septembre 2014

"Il s'agit là d'un rythme et d'une intensité de frappes inédits", a déclaré le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général André Lanata.

L'armée de l'air française a utilisé plus de 1 600 bombes et missiles dans le cadre de la lutte contre l'État islamique en Irak et Syrie depuis septembre 2014, a annoncé le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général André Lanata.

"Il s'agit là d'un rythme et d'une intensité de frappes inédits", a déclaré le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général André Lanata. Les avions de chasse français se sont concentrés sur le théâtre irakien, notamment le nord du pays et la région de Mossoul, où ils ont porté 80 % de leur effort.

Les frappes françaises représentent 5 % des frappes de la coalition

Douze avions de chasse français opèrent depuis la Jordanie et les Emirats arabes unis dans le cadre de la coalition internationale contre l'organisation État islamique dirigée par les États-Unis. À trois reprise, la France a engagé son porte-avions Charles-de-Gaulle, qui triple alors la capacité de frappes contre le groupe terroriste avec ses 24 chasseurs embarqués.

Entre frappes et missions de reconnaissance, plus de 10 000 heures de vol et 2 300 sorties ont été réalisées depuis la base de Jordanie. Les frappes opérées par la France correspondent à environ 5% des frappes de la coalition.

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !