L'appel pour une candidature de François Hollande est boudé par les députés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'appel pour une candidature de François Hollande est boudé par les députés
©Inquam Photos - Reuters

Seul au monde

L'appel pour une candidature de François Hollande est boudé par les députés

La publication d'un appel à soutenir une candidature du chef de l'État en 2017 a dû être reportée, faute de signatures de parlementaires.

François Hollande ne devrait pas dire avant décembre s’il est, oui ou non, candidat à un second mandat. Ainsi, depuis septembre et le discours de Wagram, certains soutiens du président de la République s'organisent et prennent les devants, dans le cadre, notamment, d'un appel à soutenir une candidature du chef de l'État en 2017. 

Seulement voilà, depuis la sortie du livre "Un président ne devrait pas dire ça..." de David Lhomme et Gérard Davet la donne a changé. Avec ces confidences, un fidèle compagnon du Président estime qu'il "s'est suicidé". Ses plus fervents supporters s'interrogent et l'appel de soutien de parlementaires socialistes à une candidature de François Hollande a dû être reporté. D'abord attendu début octobre, il ne verra finalement pas le jour ce mois-ci, faute de signatures de parlementaires. 

Joint par Reuters, un proche du Président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a expliqué : "Il faut laisser retomber la poussière."

Hollande abandonné 

"Il y a des dizaines de députés qui devaient le signer et qui ne signent pas", confie-t-on à l'Élysée auprès de L'Opinion. Les députés se questionnent. Ainsi, Florent Boudié, député PS de Gironde, a fait part de sa consternation à "Sud Ouest" : "Ce n’est pas la colère ou le désarroi qui l’emportent, mais une ironie grinçante à constater que l’homme en qui j’ai cru a manqué son rendez-vous avec l’histoire et nos institutions. Un accident de dimension industrielle, tant ses conséquences seront lourdes pour l’avenir de la gauche et donc pour le pays."

De son côté, Jean-Christophe Cambadélis s'est dit "étonné et déboussolé" après la publication du livre de confidences. De son côté, Jean-Marc Ayrault a étrillé à son tour le livre de confidences de François Hollande.

Claude Bartolone allait jusqu'à s'interroger auprès de La Provence : "Je me pose des questions sur sa volonté (...) Il y a grand besoin d'explication pour comprendre s'il veut vraiment être candidat". 

De rares soutiens fidèles

Mais certains de ses rares soutiens continuent de défendre son bilan et de se projeter en 2017. Parmi eux, Pierre Jouvet qui avait envoyé un SMS aux cadres du PS appelant au soutien d'une candidature de François Hollande. Mais aussi, Didier Guillaume, le président du groupe socialiste au Sénat et Bruno Le Roux chef de file des députés SRC (Socialiste, républicain et citoyen).

En septembre, l'ambition était de se mettre en "ordre de bataille dans la perspective d'une candidature en décembre", comme l'assurait Didier Guillaume à Libération.  Avec pour cible les députés, mais aussi des conseillers régionaux et départementaux ainsi que des maires. Une "cellule riposte" a même été mise en place en septembre, avec pour objectif de défendre le bilan du chef de l'État. 

Lu sur l'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !