L’AP-HP a mis fin aux fonctions du Professeur Christian Perronne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Christian Perronne covid-19 coronavirus
Christian Perronne covid-19 coronavirus
©Capture d'écran YouTube / LCI

Polémique

L’AP-HP a mis fin aux fonctions du Professeur Christian Perronne

L'AP-HP a annoncé ce 17 décembre avoir mis fin aux fonctions de chef de service de l'infectiologue Christian Perronne. Selon des informations de L’Obs, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris reprocherait notamment au Professeur Perronne d’avoir affirmé que les malades du Covid-19 représentaient une « aubaine financière » pour les médecins.

Le professeur Perronne était chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, dans les Hauts-de-Seine. L’AP-HP a annoncé ce jeudi 17 décembre avoir mis fin aux fonctions de chef de service de l’infectiologue Christian Perronne.

Il avait notamment affirmé que les malades du Covid-19 représentaient une aubaine financière pour les médecins, « des propos considérés comme indignes de la fonction qu’il exerce », selon le communiqué relayé par la rédaction de L’Obs.

L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris indique également avoir déposé plainte devant l’Ordre des Médecins contre le Professeur Perronne, qui était jusqu’ici chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches.

La décision de démettre le Pr Perronne de ses fonctions a été prise après l’avis favorable du président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP, du président de la commission médicale du groupe hospitalier AP-HP Université Paris-Saclay et après avoir consulté le directoire de l’AP-HP.

En juin dernier, le conseil de l’Ordre des Médecins s’était déjà penché sur le cas du Professeur Perronne en raison de propos controversés mettant en cause d’autres médecins. Il avait affirmé qu’une prescription plus massive de l’hydroxychloroquine aurait peut-être permis d’éviter 25.000 décès en France. Il estimait que « les intérêts de laboratoires pharmaceutiques qui voulaient promouvoir d’autres molécules » ont été favorisés.

Il avait également accusé sur CNews des médecins du CHU de Nantes d’avoir « laissé crever son beau-frère » en refusant de lui prescrire le traitement recommandé par le professeur Raoult.

Le Professeur Perronne a publié en juin dernier « Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ? : Covid-19 : l'union sacrée de l'incompétence et l'arrogance » aux éditions Albin Michel.

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !