L'ancien mentor des frères Kouachi s'engage contre la radicalisation islamiste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La sincérité du repentir de Farid Benyettou pose question.
La sincérité du repentir de Farid Benyettou pose question.
©Capture Twitter

Improbable

L'ancien mentor des frères Kouachi s'engage contre la radicalisation islamiste

Le chef de la filière djihadiste des Buttes-Chaumont, après s'être repenti, collabore aujourd'hui avec l'anthropologue Douania Bouzar, spécialisée dans l'aide à la déradicalisation des jeunes islamistes.

L'ancien mentor des frères Kouachi, les tueurs de Charlie Hebdo, Farid Benyettou, travaille désormais avec Douania Bouzar, une anthropologue qui œuvre à la déradicalisation des jeunes tentés par le djihad. C'est ce que révèle une enquête de Libération

Il se serait repenti en prison et il aurait d'après Dounia Bouzar œuvré à la déradicalisation d'une trentaine de jeunes. Dounia Bouzar affirme avoir discuté avec lui pendant six mois avant de lui faire confiance. Un livre écrit par cet étonnant duo sera publié en janvier. Il s'intitulera : Mon djihad, itinéraire d'un repenti.

Farid Benyettou avait été condamné en 2008 à six ans de prison pour terrorisme : son nom figurait dans la liste de la filière djihadiste des Buttes-Chaumont qui proposait en 2004 et 2005 des départs pour l'Irak afin d'y combattre les américains. Il enseignait aussi le wahhabisme dans le XIXème arrondissement de Paris. Parmi ses élèves, il y avait les frères Kouachi.

Douania Bouzar avait créé en 2014 le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI). C'est dans le cadre de cette association que s'effectue aujourd'hui cette étrange collaboration qui ne manque pas de poser question. Quelle est la sincérité de Farid Benyettou ? Il avait rencontré Chérif Kouachi trois fois, deux mois avant l'attentat du 7 janvier contre Charlie Hebdo

LU SUR LEFIGARO.FR

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !