L'ADN de Najim Laachraoui, kamikaze mort à l'aéroport de Bruxelles, a été retrouvé au Bataclan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le parquet a également confirmé que le second kamikaze de l'aéroport de Bruxelles est bien Najim Laachraoui.
Le parquet a également confirmé que le second kamikaze de l'aéroport de Bruxelles est bien Najim Laachraoui.
©

Nébuleuse

L'ADN de Najim Laachraoui, kamikaze mort à l'aéroport de Bruxelles, a été retrouvé au Bataclan

Ces traces ADN ont été prélevées en Belgique dans deux logements utilisés par les auteurs des attentats du 13 novembre, et également identifiées "sur un gilet explosif et un morceau de tissu utilisés au Bataclan", explique le parquet fédéral belge.

Alors que plusieurs opérations antiterroristes ont été menées vendredi 25 mars dans la région bruxelloise, le parquet fédéral belge a annoncé que des traces ADN de Najim Laachraoui, l'un des deux kamikazes de l'aéroport de Bruxelles, ont été retrouvées sur plusieurs engins explosifs ayant été utilisés lors des attentats du 13 novembre à Paris, ainsi que "un morceau de tissu utilisé au Bataclan".

Ces traces ADN ont été prélevées en Belgique dans deux logements utilisés par les auteurs des attentats du 13 novembre, et également identifiées "sur un gilet explosif et un morceau de tissu utilisés au Bataclan, et sur un engin explosif du Stade de France", explique le parquet fédéral belge dans un communiqué.

"Suite aux recherches ADN et aux devoirs d'enquête réalisés au cours des dernières heures, le parquet fédéral est en mesure à présent de confirmer que le second kamikaze de l'aéroport de Bruxelles (...) est bien Najim Laachraoui, né le 18 mai 1991", ajoutent les autorités belges. 

>>>> A lire aussi : Banlieues de Bruxelles, de Paris et d’ailleurs : comment reconquérir ces "zones grises" à qui le terrorisme islamiste inspire des sentiments mitigés

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !