Kofi Yamgnane impliqué dans l'affaire Rocancourt : quand Le Monde reprend l'information et oublie de citer Atlantico | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Kofi Yamgnane
Kofi Yamgnane
©jyc1 on Flickr

Drôle de manière

Kofi Yamgnane impliqué dans l'affaire Rocancourt : quand Le Monde reprend l'information et oublie de citer Atlantico

Ce lundi, le journal Le Monde publie un article sur l'implication de l'ancien ministre dans une affaire de trafic de cartes de séjour, intitulé "un ancien ministre impliqué dans l'affaire Rocancourt", sans pour autant citer la source.

Les révélations du journal Le Monde ce lundi sur l'affaire Rocancourt font la lumière sur un ancien ministre, candidat à la présidentielle togolaise, impliqué dans un trafic de cartes de séjour. Pourtant, le nom de Kofi Yamgnane avait été dévoilé en exclusivité par Altantico.fr quelques jours plus tôt.

A LIRE AUSSI - Trafics de titres de séjour, la suite : Kofi Yamgnane serait l'ancien ministre impliqué dans l'affaire

Le 18 octobre, Atlantico  publie en effet un article dans lequel il révèle que l'ancien secrétaire d’Etat (PS) à l’Intégration d’Edith Cresson et de Pierre Bérégovoy (1991-1993), serait  impliqué dans un trafic de cartes de séjours. Une affaire qu'Atlantico suit depuis plusieurs semaines et dans laquelle se trouvent  également mis en cause comme nous le rappelions le 11 octobre, Christophe Rocancourt,  surnommé "l’escroc des stars", Christian Prouteau, l’ancien chef de la cellule élyséenne sous François Mitterrand et Me Marcel Ceccaldi, avocat à la cour.

Pendant huit jours, aucune reprise dans la presse de notre papier sur Kofi Yamgnane. Rien. Pas la moindre allusion. Puis ce lundi 27 octobre, Le Monde,  Metronews et RTL annoncent que l'ancien secrétaire d'Etat s’apprête à quitter le Togo pour rentrer en France afin de s’expliquer devant la justice, en l’espèce les juges Roger Le Loire et Charlotte Bilger. La logique voudrait alors que soit fait mention de l'information d'Atlantico puisque nous avons été les seuls à parler de l'implication de Yamgnane. Or rien.

Ces mêmes articles ajoutent que l’ancien secrétaire d’Etat aurait pu percevoir 3 000 euros en guise de rémunération pour services rendus. Là encore, nos confrères font abstraction de la mention de ces éléments par Atlantico dès le 18 octobre. Eléments que nous avancions d'ailleurs avec prudence (dont ne se sont pas embarrassés nos confrères) : on ne sait pas avec certitude si Kofi Yamgnane a effectivement perçu  cette somme… 

Si ce fait devait être prouvé, cela vaudrait une mise en examen de Yamgnane pour "trafic d'influence". 

Dans l'article paru ce lundi, Le Monde affirme avoir contacté directement l'ancien secrétaire d'Etat d'origine togolaise, qui n'a pas souhaité répondre aux questions des journalistes. Il s'est cependant contenté de ce commentaire : "Bien sûr, j’ai aidé des centaines d’immigrés, au cours de ma carrière politique, à obtenir des papiers. Mais jamais je n’ai accordé mon aide contre une quelconque contrepartie !". Il a par ailleurs ajouté qu'il serait à Paris dès lundi et qu'il se "mettrait à la disposition de la justice". 

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !