Karachi : des doutes sur le rôle de Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Karachi : des doutes sur le rôle de Sarkozy
©

Irréfutable ?

Karachi : des doutes sur le rôle de Sarkozy

Selon Libération, Nicolas Sarkozy, alors qu’il était ministre du Budget, aurait permis en 1994 la création d’une société luxembourgeoise qui a facilité les rétrocommissions.

Les faits remontent à 1994, alors que Nicolas Sarkozy est ministre du Budget d’Edouard Balladur. Devant le juge Renaud van Ruymbeke, Gérard-Philippe Menayas, un ancien directeur administratif et financier de la Direction des constructions navales (DCNI), qui a vendu en 1994 au Pakistan des sous-marins Agosta, explique que la société offshore Heine, crée la même année au Luxembourg, permettait de verser des commissions aux intermédiaires des contrats d’armement. Or selon lui, "il est clair que le ministère du Budget a nécessairement donné son accord pour la création de Heine (...) Vu l'importance du sujet, cette décision ne pouvait être prise qu'au niveau du cabinet du ministre".

C’est là un des éléments que contient le procès verbal du 2 décembre1994  de cette audition par Renaud van Ruymbeke, et dont Libération fait état lundi. Menayas affirme également que si le ministère du Budget et de la Défense n’avaient pas permis la mise en place de la société Heine, il n’aurait "jamais obtenu (...) l'accord de la direction générale des impôts (...) pour payer des commissions via Heine".

Devant le même juge, l’ancien patron de la DCNI, Dominique Castellan, avait lui affirmé en 1994 : "j'ignore totalement si on a demandé l'aval des autorités, mais je suis sûr que nous avons informé le ministère des Finances (auquel est rattaché le Budget) que nous serions amenés à payer nos agents commerciaux par des virements sur des trustees à l'étranger".

Les juges cherchent à savoir si les rétrocommissions, qu’aurait permis des sociétés comme Heine, auraient pu contribuer à financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995. L’Elysée a jusqu’ici toujours affirmé que Nicolas Sarkozy, alors porte-parole et homme de confiance du candidat,  n’avait "jamais exercé la moindre responsabilité dans le financement de cette campagne" 

Lu sur Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !