Kadhafi veut lancer "une guérilla" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Kadhafi 
veut lancer "une guérilla"
©

Jusqu'à la lie

Kadhafi veut lancer "une guérilla"

"Même si vous n'entendez pas ma voix, poursuivez la résistance", déclare le colonel Kadhafi, qui s'est exprimé dans deux messages en quelques heures.

Mise à jour le 2 septembre à 7h :

Dans un second message diffusé jeudi 1er septembre dans la soirée, Mouammar Kadhafi a affirmé souhaiter lancer "une guérilla" pour combattre les rebelles et "chasser les colonisateurs". Le message a été diffusé par la chaîne de télévision Arrai."Préparez-vous à une guerre de gangs et de guérilla, à la guerre urbaine, et à une résistance populaire dans chaque ville (...) pour vaincre l'ennemi partout", a dit Mouammar Kadhafi.

Le colonel Kadhafi reste introuvable, et il ne se rendra pas. C'est ce qu'il a fait savoir dans un message audio pré-enregistré et diffusé ce jeudi par la télévision satellitaire Arrai : "Nous ne nous rendrons pas. Nous ne sommes pas des femmes et nous allons poursuivre le combat." Le guide déchu promet une "longue bataille" en Libye, dans cet enregistrement qui est déjà le quatrième message sonore qu'il parvient à faire passer depuis le 20 août et l'assaut lancé contre Tripoli. 

Les rebelles libyens ont annoncé le 24 août une récompense de 1,7 millions de dollars en échange de la tête de Mouammar Kadhafi, mort ou vif. Jeudi, le vice-président du Conseil national de transition, Abdel Hafiz Ghoga a expliqué que le dictateur se trouvait probablement à Bani Walid, au sud-est de Tripoli. Mais rien n'est encore venu confirmer cette information.

La prise de parole du colonel Kadhafi a des airs de pied de nez en direction de la France et de la Grande-Bretagne, qui organisent justement ce jeudi une conférence sur la Libye à Paris.

Lu sur l'AFP (via Google News)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !