"Je suis celui qui a tué Kadhafi" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une nouvelle vidéo montrant les moments immédiatement après la capture du colonel Kadhafi...
Une nouvelle vidéo montrant les moments immédiatement après la capture du colonel Kadhafi...
©Reuters

Dénouement

"Je suis celui qui a tué Kadhafi"

L'ancien dirigeant libyen a été tué pendant l'assaut final sur Syrte jeudi. Selon le Conseil National de transition, il n'y a pas de raison de douter des résultats de l'autopsie qui conclut à la mort dans un échange de tirs croisés. Le New York Times raconte pour sa part les derniers jours du dictateur déchu.

[Mis à jour le 25 octobre à 12h00]

Un rebelle libyen se vante d'être celui qui a mis fin aux jours de Mouammar Kadhafi. Dans une vidéo où il montre son visage, mais ne dit pas son nom, l'homme raconte son geste. "Je l'ai frappé au visage. Des combattants ont voulu l'emmener, et c'est à ce moment là que j'ai tiré, deux fois : une fois en direction de son visage, une fois vers sa poitrine." Il explique n'avoir pas supporté l'idée d'attraper Kadhafi vivant. Il montre ensuite ce qu'il présente comme la chemise tachée de sang du colonel, ainsi qu'une bague qu'il aurait retiré d'un doigt de Kadhafi.

[Mis à jour le 25 octobre à 08h00]

Le colonel Kadhafi sera enterré ce mardi dans un lieu gardé secret dans le désert libyen. Une cérémonie "simple", précise un responsable du Conseil national de transition, en présence de quatre personnes qui ont toutes juré sur le coran ne jamais revéler l'emplacement de l'ultime résidence du dictateur déchu.

Les autorités redoutent en effet que la tombe ne devienne un lieu de pèlerinage pour les soutiens du Kadhafi. Une tension exacerbée par leur incapacité à mettre la main sur Saïf al Islam : le fils de Mouammar Kadhafi serait au sud-ouest de la Libye, non loin de l'Algérie.

[Mis à jour le 24 octobre à 15h00]

Mouammar Kadhafi a été tué par balles selon le médecin légiste en charge de l'autopsie du cadavre du leader déchu. Sans donner plus de précisions, le médecin affirme également savoir si l'ancien dictateur est mort au combat ou s'il a été exécuté. Le rapport complet sera diffusé une fois qu'il sera totalement achevé.

[Mis à jour le 23 octobre à 19h40]

Mahmoud Jibril, le numéro 2 du Conseil national de transition a déclaré ce dimanche en Jordanie qu'il n'y a aucune raison de douter de la crédibilité de l'autopsie réalisée dimanche matin à Misrata. "Le médecin légiste affirme dans son rapport que Kadhafi était blessé, qu'il a été sorti, mis dans un camion, et sur le chemin vers l'hôpital de campagne, il y a eu un feu croisé des deux côtés". "Je ne sais pas si la balle qui l'a frappé à la tête provenait de sa propre sécurité ou des brigades des révolutionnaires" a t-il ajouté. Ces déclarations interviennent alors que plusieurs médias occidentaux se posaient la question de savoir si le dictateur n'aurait pas plutôt été abattu alors qu'il était en détention aux mains des rebelles. 

A la mi-journée, un journaliste de l'AFP n'avait toutefois constaté aucune trace d'autopsie. 

Le New York Times retrace les derniers jours du dictateur libyen : Mouammar Kadhafi alternait entre la peur et les dernières illusions sur la survie de son régime, se nourrissant de riz et de pâtes que ses gardes du corps trouvaient dans les maisons abandonnées par les civils lors des combats pour la prise de Syrte par les combattants rebelles. Selon Mansour Dhao Ibrahim, le responsable d'une milice brutale fidèle au régime kaddhafiste, cité par le quotidien américain, le colonel se montrait impatient et se plaignait de l'absence d'eau ou d'électricité. 

Alors que d'autres sources parmi les militaires loyaux au tyran libyen avaient évoqué un colonel combatif présent sur les lignes de front, pour Dhao, Kadhafi passait ses journées à lire le Coran ou à passer des appels sur son téléphone satellitaire dans les maisons anonymes dans lesquelles il se cachait, changeant de lieu régulièrement. Le chef de la milice qui le protégeait affirme avoir tenté de le convaincre de renoncer au pouvoir ou de partir en exil mais le Colonel Kadhafi se montrait fermement opposé à toute reddition, appuyé en cela par l'un de ses fils, Mutassim, même si le père pourrait avoir eu plus de doutes que le fils.

Kadhafi aurait fui Tripoli dans un petit convoi motorisé le 21 août dernier lors de la chute de la capitale avec un entourage d'une dizaine de personnes. Le choix de la ville de Syrte aurait été fait par Mutassim Kadhafi qui considérait que ce bastion pro-kaddhafiste était le "dernier endroit" où l'OTAN pouvait s'attendre à trouver les fugitifs, à la fois trop évident et soumis à de très nombreux bombardements.

Toujours selon Dhao, au moment où les avions de l'OTAN ont fait feu sur le convoi d'une quarantaine de véhicules qui tentait de fuir Syrte, les airbags de la voiture dans laquelle se trouvait Kadhafi se sont déclenchés.

[Mis à jour le 22 octobre à 13h0]

"La reconstruction de la Libye ne sera pas une tâche facile. C'est la "Mission impossible" de Tom Cruise", a déclaré samedi Mahmoud Jibril. Présent en Jordanie à l'occasion du Forum économique mondial, le numéro deux du conseil national de transition s'est donné comme tâche de désarmer les Libyens, afin de restaurer la stabilité du pays.

"La première élection devra avoir lieu d'ici huit mois maximum, afin d'établir un congrès national, un parlement", a-t-il ajouté. Ce congrès devra rédiger un projet de constitution qui sera soumis à référendum, et former un gouvernement provisoire chargé d'organiser des élections présidentielles.

[Mis à jour le 22 octobre à 09h30]

Dimanche, les nouvelles autorités libyennes proclameront la libération totale du pays. Une déclaration qui se fera à Benghazi, place des martyrs, là où est née la contestation du régime en février dernier.

La chute de Mouammar Kadhafi et la fin du conflit libyen entraînent aussi l'arrêt des opérations de l'OTAN. Vendredi soir, son secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen en a même précisé la date : le 31 octobre, tout juste sept mois après son déclenchement, la mission de l'OTAN en Libye se termine.

De son côté, le Los Angeles Times affirme que durant ses 40 ans de pouvoir, Mouammar Kadhafi aurait fait sortir plus de 200 milliards de dollars de son pays. D'après le journal, le dirigeant libyen possédait 37 milliards de dollars aux Etats-Unis, et 30 milliards de dollars enEurope : des sommes rapidement gelées par les gouvernements concernés, pour éviter que les proches de Kadhafi ne les déplacent.

Mais ce n’est pas tout : d’après l’enquête des autorités américaines, européennes et libyennes, il reste encore plusieurs dizaines de milliards de dollars investis au Moyen-Orient et en Asie par le régime libyen.

[Mis à jour le 21 octobre à 18h10]

En attendant que se règle la question de son lieu d'inhumation, le corps de Mouammar Kadhafi est entreposé dans une chambre froide du marché de Misrata. Différentes factions au sein des rangs des combattants rebelles semblent se disputer le corps. Des files de gens souhaitant se prendre en photo avec son cadavre se sont constituées.

L'épouse de l'ex chef d'Etat libyen qui est réfugiée en Algérie a réclamé une enquête des Nations-Unies sur les circonstances de la mort de son mari. L'ONG Amnesty international évoque pour sa part un crime de guerre.

Chez les Occidentaux, on note un certain malaise autour des circonstances de la mort du dictateur qui souligne la difficulté que le Conseil national de transition pourrait avoir à contrôler l'ensemble des hommes en armes dans le pays maintenant que la chute du régime est définitive.

[Mis à jour le 21 octobre à 18h10]

Une nouvelle vidéo montrant les moments immédiatement après la capture du colonel Kadhafi dans des tunnels d'évacuation d'eau a été publiée par le site Global Post. On y entend des voix criant "ne le tuez pas, ne le tuez pas, nous avons besoin de lui vivant"! Les images ont été tournées par un jeune rebelle sur son iPhone.  

Selon le quotidien britannique le Daily Mail, certains rebelles témoins de la scène auraient affirmé que le dictateur déchu aurait été abattu par un de ses gardes du corps pour lui épargner l'humiliation d'une détention aux mains des rebelles qui tiennent désormais le pays dans son entier. Selon d'autres témoignages, Kadhafi aurait été tué dans une fusillade à l'intérieur même de l'ambulance qui l'emmenait. 

Dans une interview par téléphone à la radio publique américaine NPR, le premier ministre libyen par interim Mahmound Jibril affirmait ce vendredi que "personne ne peut dire s'il a été tué par les tirs de combattants rebelles ou par ses propres gardes du corps" avant de lire à l'antenne le rapport du médecin légiste ayant constaté la mort du tyran déchu.

Un certain mystère entoure également la mort de son fils Muttassim dont des photos sont émergées le montrant ensanglanté mais vivant et fumant une cigarette dans un appartement où il aurait été retenu par les rebelles après son arrestation. Des photos publiées ensuite le montrent mort, avec des impacts de balles dans la gorge et dans l'abdomen.

Un certain mystère entoure également la mort du fils de Kadhafi, Muttassim, dont des photos sont émergées le montrant ensanglanté mais vivant et fumant une cigarette. (Cliquez sur l'image pour voir la vidéo).

[Mis à jour à le 21 octobre à 12h45]

Mouammar Kadhafi a bien été tué à Syrte jeudi, pendant l'assaut final contre sa ville natale. Mais il reste des incertitudes sur les circonstances précises de sa mort. Selon nos informations, son véhicule a été bombardé par un avion de l'Otan. Il aurait ensuite été mortellement blessé en tentant de fuir. Le Conseil national de transition libyen donne, lui, une version divergente et affirme que l'ancien dictateur a été tué d'une balle dans la tête lors d'une fusillade.

Le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a par ailleurs demandé vendredi l'ouverture d'une enquête pour déterminer les circonstances précises de la mort de l'ex-dirigeant libyen.

C'est le coordinateur des opérations militaires au sein du gouvernement de transition, Abdel Madjid Mlegta, cité par Reuters, qui avait le premier annoncé la mort de l'ancien dirigeant libyen. Une information confirmée par le CNT peu après. Un peu plus tôt dans l'après-midi de jeudi, Mlegta affirmait que l'ancien dirigeant libyen avait été capturé."Il est blessé aux deux jambes. Il a été évacué dans une ambulance", précisait-il. Un autre responsable militaire du Conseil national de transition libyen, Mohamed Leith, confirmait cette information à l'AFP : "Il est gravement blessé mais il respire encore".

La chaîne de télévision qatarie Aljazeera a diffusé très tôt les images de sa dépouille. Attention, contenu choquant.

Une autre vidéo montre Kadhafi blessé, mais apparemment encore vivant, à l'extérieur de son véhicule, peu après le raid de l'OTAN.

Le corps de Mouammar Kadhafi a été transportée à Misrata, ville emblématique de la rébellion, où il est resté exposé librement dans une maison, avant d'être transféré dans une chambre froide. La date de son enterrement n'a pas encore été décidée, faute d'accord sur le lieu de son inhumation.

Plusieurs membres du régime et de la famille de Mouammar Kadhafi auraient également été tués à Syrte, parmi lesquels son fils Mouatassim, son beau-frère et bras droit Abdallah Senoussi, chef des renseignements libyens, et  Abou Bakr Younous, chef des forces armées. Un autre de ses fils, Saïf al-Islam, présenté comme le successeur de Kadhafi, aurait également été blessé et capturé dans un autre raid sur Syrte. Moussa Ibrahim, un ancien porte-parole du dictateur libyen, aurait lui aussi été arrêté.

La télévision libyenne "Libye Libre" affirmait d'ailleurs en début d'après-midi jeudi que "Kadhafi avait été arrêté en même temps que son fils Mouatassim, ainsi que Mansour Daou [le chef des services de sécurité intérieure, NDLR] et Abdallah Senoussi [le chef des renseignements libyens, NDLR]".

A travers tout le pays, jeudi, les habitants se sont rassemblés pour fêter l'événement.

Le chef de l'exécutif du Conseil national de transition, Mahmoud Jibril, devrait annoncer officiellement la libération de Libye et donner plus d'informations sur la mort de Mouammar Kadhafi dans la journée de vendredi.

Le ministre de la Défense Gérard Longuet a réagit sur Public Sénat  :  

Alain Juppé a lui salué au JT de TF1 la fin de 42 ans de "tyrannie".

France Info recense les premières réactions internationales à la mort de Mouammar Kadhafi. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon a parlé d'une "transition historique pour la Libye", le président américain Barack Obama de "la fin d'un chapitre long et douloureux pour les habitants de Libye".

Un porte-parole du département d'Etat américain, Mark Toner, a précisé qu'après la mort de Mouammar Kadhafi, la fin de la mission de l'Otan en Libye est "en vue". "Nous sommes sans aucun doute à un tournant. Je pense que l'Otan va étudier l'avenir de la mission dans les prochains jours", a-t-il ajouté.

Mouammar Kadhafi aura régné sans partage sur le pays pendant 42 ans, avant de prendre la fuite de Tripoli en août 2011, comme le rappellent cette infographie de RFI ou ce reportage de BFM-TV : 

http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/libye-scenes-de-liesse-apres-la-mort-de-kadhafi-1812137/
Lu sur Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !