Juvisy-sur-Orge : un quartier saccagé par une bande armée lors d'un règlement de compte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Juvisy-sur-Orge : un quartier saccagé par une bande armée lors d'un règlement de compte
©Reuters

Violences

Juvisy-sur-Orge : un quartier saccagé par une bande armée lors d'un règlement de compte

"Une vingtaine de véhicules" ont été "fracassés à coup de barres de fer et à coup de sabres", a expliqué le maire de la commune.

Dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 janvier, une bande armée a saccagé des véhicules, des portes de halls d'immeubles et un appartement, dans un quartier de Juvisy-sur-Orge dans l'Essonne. Le maire Les Républicains de Juvisy-sur-Orge, Robin Reda, a évoqué lundi sur France Info une "scène de véritable guérilla urbaine" et des "habitants traumatisés".

"Sur les coups de 20 heures, une bande d’une vingtaine d’individus est descendue du bus à proximité de la résidence du Petit Merlet. Ils ont pris pour cible cette résidence dans une scène de véritable guérilla urbaine", explique Robin Reda. 

"Une vingtaine de véhicules" ont été "fracassés à coup de barres de fer et à coup de sabres", a ajouté le maire de Juvisy-sur-Orge. Des portes de hall d'immeubles ont été défoncées, un appartement a été saccagé sous les yeux d’un père de famille et de son bébé, qui "manifestement n’avait rien à faire dans cette histoire de règlement de comptes".

"C’est probablement une histoire de bandes rivales entre différents quartiers de nos communes voisines", a poursuivi le maire. "Ils cherchaient à régler des comptes avec quelqu’un", qui n'a toujours pas été identifié par la police. 

"Manifestement, ils n’ont pas trouvé cette personne, ils se sont trompés d’appartement. Les habitants sont restés médusés devant cette scène, traumatisés, devant ces événements tragiques, qui n’ont pas lieu d’être et qui n’ont pas l’habitude d’être dans ce quartier", a-t-il également expliqué. 

>>>> À lire aussi : 10 ans après les émeutes de 2005, l’évolution du regard des Français sur les banlieues

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !