Jusqu’à 1 700 victimes par jour : les gangs de pickpockets envahissent Londres pour les Jeux olympiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Qui dit touristes, dit pickpockets. Et Londres, qui accueille cet été les Jeux olympique, ne devrait pas être épargnée...
Qui dit touristes, dit pickpockets. Et Londres, qui accueille cet été les Jeux olympique, ne devrait pas être épargnée...
©BBC

Attention !

Jusqu’à 1 700 victimes par jour : les gangs de pickpockets envahissent Londres pour les Jeux olympiques

Un reportage diffusé sur la BBC montre comment opèrent ces pickpockets venus de Roumanie ou d'Amérique du Sud.

Qui dit touristes, dit pickpockets. Et Londres, qui accueille cet été les Jeux olympiques et la horde de curieux qui va avec, ne devrait pas être épargnée. La capitale londonienne, déjà classée selon une étude parmi les dix premières destinations dans lesquelles les touristes ont des chances de se faire détrousser, a vu son nombre de pickpockets augmenter de 17% ces deux dernières années. Et déjà la police de mettre en garde les touristes : un communiqué publié mercredi 18 juillet indique qu’il y aurait donc 1 700 personnes victimes des pickpockets chaque jour, un chiffre dû en partie à la déferlante de gangs professionnels venus d’Europe de l’Est.

La police a en effet averti que des gangs de Roumanie, de Lituanie mais aussi d’Amérique du Sud, qui opèrent partout en Europe, se dirigent en masse en Grande-Bretagne. L’objectif : faire un maximum de chiffre d’affaires avec les touristes qui se pressent pour assister aux Jeux olympiques.

Selon un reportage diffusé par la chaîne de télévision anglaise BBC, les pickpockets peuvent gagner plus de 5 000 euros en une semaine en volant des porte-monnaie, des smartphones, mais aussi des ordinateurs qui seront par la suite revendus au marché noir en Roumanie.

Pour faire face à cette vague de voleurs, la police anglaise a fait appel pour la durée des JO à des policiers roumains afin qu’ils patrouillent dans le West End et à Westminster à Londres. S’ils n’ont pas le droit d’arrêter les pickpockets, ils seront toutefois d’une aide considérable pour mettre fin aux réseaux criminels qui visent les touristes dans la capitale anglaise.

Si certains voleurs arrachent les biens des touristes, les gangs originaires de pays de l’Est sont bien plus subtils, comme l’ont montré les journalistes de la BBC qui ont suivi ces pickpockets basés il y a encore quelques mois à Barcelone en Espagne.

Ainsi, un membre du gang s’approche d’un touriste pour lui demander des directions. Une autre personne, qui donne l’impression d’être ivre, s’approche et dérobe porte-monnaie et autre biens discrètement, avant de les passer à un troisième larron qui prend alors la tangente. Le processus est bien rodé comme le montrent les photos extraites du reportage de la BBC.

(Crédits BBC)

L’inspecteur à la tête de l’équipe de Scotland Yard qui s’occupe des crimes et délits pendant les JO reste pourtant confiant. « Nous savons où se trouvent les pickpockets. Nous connaissons leurs adresses, les véhicules qu’ils utilisent, nous leur rendrons tout le temps visite, et si on trouve quelque chose sur eux, nous les arrêterons. Nous n’arriveront pas toujours à les pendre en flagrant délit, mais nous arriverons à empêcher qu’ils agissent. Ce sera un environnement hostile pour les pickpockets. Mon conseil : qu’ils n’essaient même pas de voler ».

Ces dernières semaines, la police a en effet lancé plusieurs opérations aux domiciles de suspects.

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !