Jungle de Calais : des associations demandent le report du démantèlement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jungle de Calais : des associations demandent le report du démantèlement
©

Humanitaire

Jungle de Calais : des associations demandent le report du démantèlement

Elles excipent de l'absence de solution alternative ; le ministère répond que les conditions actuelles sont trop insalubres.

Huit associations--Médecins du Monde, le Fnars, Emmaüs, le Secours Catholique, la Cimade, le Secours Islamique, ATD Quart Monde et CCFD Terre solidaire--ont publié une lettre ouverte faisant part de leur "profonde opposition" au projet du ministère de l'Intérieur de démanteler une partie de la "Jungle" de Calais. 

Pour ces associations, les "alternatives" prévues par le ministère au logement dans la Jungle sont "très loin de répondre aux besoins et aux problèmes rencontrés", et avertissent que "une évacuation brutale provoquerait des reconstitutions de campements, notamment à Grande-Synthe", et ne règlerait donc aucunement le problème. 

La situation "ne peut plus perdurer" a répondu Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur. Il déclare souhaiter que le "partenariat" entre l'Etat et les associations d'aides aux réfugiés "perdure", et se dit "à l'écoute de toute proposition" pour améliorer le projet. Mais, "Les hommes et les femmes qui survivent [dans la Jungle], après des parcours de vie particulièrement traumatisants, méritent mieux que la vie sous une tente ou un cabanon, dans l'attente illusoire du passage vers le Royaume Uni que leur ont promis les passeurs qui les ont rançonnés".

A LIRE AUSSI : Bombe à retardement ? L’Europe face au défi de la sociologie disproportionnellement masculine des migrants

Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !