Le journaliste Pierre Salviac à la porte de RTL pour avoir insulté Valérie Trierweiler | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Le journaliste Pierre Salviac à la porte de RTL pour avoir insulté Valérie Trierweiler
©

Expéditif

Le journaliste Pierre Salviac à la porte de RTL pour avoir insulté Valérie Trierweiler

Un message sexiste sur Twitter lui a valu un renvoi. Certains crient à la censure.

François Hollande n’a pas encore pris ses fonctions, mais l’autocensure des médias semble avoir déjà commencé.

Le journaliste Pierre Salviac, spécialiste du rugby sur RTL et L’Equipe-TV, a posté mercredi un tweet humoristique mais injurieux à l'égard de Valérie Trierweiler, journaliste politique et compagne de François Hollande :«A toutes mes consœurs, baisez utile, vous avez une chance de vous retrouver première Dame de France».

Mais selon certains, le message est insultant à l’égard de toutes les femmes : le tweet a entraîné un torrent de réactions indignées, pointant du doigt  son «machisme», ou sa «beaufitude».

C’est aussi sur Twitter que le patron de l'information de RTL, Jacques Esnoux, a choisi de répondre, pour dénoncer cet écart : «Ton tweet est absolument intolérable. J'y vois un sexisme vulgaire inqualifiable que je condamne».

Pierre Salviac s'est rapidement excusé sur son compte Twitter. «En balançant une vanne, j'ai blessé mes consœurs. Je leur présente mes excuses et retire mon tweet», a-t-il écrit, ajoutant un smiley en forme de clin d'oeil… qui n’a pas suffit.

La direction de la station a déclaré que «Pierre Salviac a tenu au sujet de ses consœurs journalistes des propos intolérables et totalement inacceptables qui n'engagent que lui, et que RTL condamne sans aucune réserve», «A compter de ce jour, RTL met un terme à toute forme de collaboration avec Pierre Salviac».

Selon Le Parisien, ce serait une première : un journaliste n’avait jamais été licencié à cause d’un tweet auparavant.

La réaction très ferme de la station de radio est parfois jugée trop ferme, et assimilée à de la « censure », voire de l’ «épuration » par de nombreux détracteurs sur le réseau de micro-blogging.

Lu sur Le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !