John Paulson prédit que la faillite de la Grèce entraînera une crise pire qu'en 2008 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
John Paulson prédit 
que la faillite de la Grèce 
entraînera une crise pire qu'en 2008
©

Prophète de malheur

John Paulson prédit que la faillite de la Grèce entraînera une crise pire qu'en 2008

Le "sultan des subprimes" mise sur un défaut d'Athènes avant la fin-mars, avec des conséquences plus graves que la faillite de Lehman Brothers.

Paulson&Co, le fond d'investissement créé par l'homme qui avait misé sur l'écroulement des subprimes, prévoit la faillite de la Grèce dans moins de deux mois. Dans une lettre envoyé à ses clients, John Paulson suggère que la Grèce pourrait avoir besoin de 90 milliards d'euros afin de pouvoir se conformer à l'accord sur le secteur privé et de recapitaliser ses banques.

"Nous pensons qu'un défaut de paiement de la Grèce aurait plus de conséquences sur le système que la faillite de Lehman Brothers, et qu'il entraînerait immédiatement la contraction des économies mondiales et le déclin des marchés", explique Paulson. 

Alors que les dirigeants européens hésitent à verser à la Grèce son deuxième plan d'aide, John Paulson sonne déjà le glas de la monnaie unique."L'euro est défectueux, et va très probablement finir par s'effondrer." La première inquiétude de celui que le New York Daily News appelle le "sultan des subprimes" se porte sur les banques européennes, qui risquent de ne pas avoir les reins assez solides pour résister à la crise. 

John Paulson, rappelle l'agence Bloomberg, n'est pas infaillible. Certes, l'effondrement des subprimes l'a propulsé dans les rangs des miliardaires en 2007. Mais en 2011, l'un de ses principaux fonds a perdu 51% de sa valeur et John Paulson a du revendre toutes ses part. 

Lu sur Bloomberg Businessweek

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !