John McCain, ancien candidat à la présidence américaine, est mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
John McCain, ancien candidat à la présidence américaine, est mort
©Reuters

RIP

John McCain, ancien candidat à la présidence américaine, est mort

Le sénateur et ancien candidat républicain à la présidentielle est mort chez lui en Arizona, d'un long cancer du cerveau.

La famille McCain avait annoncé vendredi dans un communiqué que le sénateur républicain de l'Arizona, âgé de 81 ans, avait décidé d'arrêter son traitement contre le cancer du cerveau qui le touche. Seulement deux jours après, l'ancien candidat à la Maison Blanche est décédé. Après un an de lutte, il avait considéré que la maladie et le vieillissement avait "rendu son verdict". Une façon de signifier que malgré un combat qui lui a permis de dépasser "les attentes de survie", la situation ne pouvait être réparée. 

Le Sénateur ne s'était plus rendu au Sénat depuis décembre 2017. Ces dernières années, il avait pourtant été un des plus importants opposants au Président Donald Trump, votant contre sa réforme du système de santé. Membre de l'establishment du Grand Old Party, il avait tenté de mettre des bâtons dans les roues de l'actuel président, avec succès dans le cas des réformes du système de santé en 2016.  Héros de guerre lors du conflit vietnamien, il avait été blessé et emprisonné pendant 5 ans. La suite de sa carrière avait été avant tout politique, avec des élections à la Chambre des représentants, puis au Sénat avant d'échouer aux portes de la Maison Blanche face à Barrack Obama en 2008.

Le président Donald Trump a signifié sur Twitter à la famille de John McCain "sa sympathie et son respect". Son adversaire Barack Obama a rendu hommage au courage du républicain, celui qui lui a fait "mettre le bien supérieur au dessus de son bien propre". George W. Bush a lui salué "un homme de profonde conviction, et un patriote de premier ordre". Bill Clinton a salué celui qui "croyait que chaque citoyen a une responsabilité de faire quelque chose ed libertés donnée par la Constitution".

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !