JO de Sotchi : des terroristes pourraient (déjà) avoir infiltré le village olympique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
JO de Sotchi : des terroristes pourraient (déjà) avoir infiltré le village olympique
©

Alerte à la bombe

JO de Sotchi : des terroristes pourraient (déjà) avoir infiltré le village olympique

Afin d’organiser les Jeux, le gouvernement a engagé des milliers de travailleurs. Certains d’entre eux pourraient être mal intentionnés.

"Les Russes ont fait une grosse erreur en annonçant à l’avance quand ils fermeraient le cercle d’acier". Selon Bill Rathburn, directeur de la sécurité des Jeux de 1996 à Atlanta, des terroristes auraient alors eu le temps d’infiltrer les milliers de travailleurs engagés pour l’organisation des JO de Sotchi et de préparer une attaque. "Ils ne connaissent pas tous ceux qu’ils ont embauchés", a-t-il ajouté, alors que les Jeux s’ouvrent ce vendredi.

Mais, selon les experts, les athlètes ont peu de chances d’êtres attaqués. Les lieux les plus vulnérables seraient ceux situés hors du village olympique, très contrôlé, tels les transports, les hôtels ou les bars où les fans se réunissent pour regarder les Jeux.

Le gouvernement Russe a pourtant mis en place la plus grosse opération de sécurité jamais organisée dans l’histoire des Jeux Olympiques. Pendant des mois des militants, des minorités musulmanes et des dissidents politiques ont été arrêtés dans la région du Nord du Caucase. À l’ouverture des Jeux, 40 000 forces de sécurité surveilleront l’intérieur de la ville de Sotchi quand des milliers d'autres, situés à l’extérieur, seront chargés d'empêcher toute infiltration venant des montagnes alentours. 

A lire aussi - Zone de guerre, une première pour des JO : tous les conflits dans un rayon de 300 kilomètres autour de Sotchi

Lu sur The Daily Best

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !