Jeux olympiques de Rio : l'Etat islamique préparait un attentat contre la délégation française | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Plus de 600 000 personnes sont attendues pour cet événement sportif.
Plus de 600 000 personnes sont attendues pour cet événement sportif.
©Reuters

Menace

Jeux olympiques de Rio : l'Etat islamique préparait un attentat contre la délégation française

Le Brésil a notamment prévu de mettre sur pied un "centre antiterroriste" composé d'experts américains, britanniques, espagnols et français pour prévenir le risque d'attentats.

Selon le bilan de l'audition de l'un des responsables des services de renseignement français, la délégation tricolore aux Jeux olympiques de Rio a été la cible d'un projet d'attentat de l'Etat islamique. Moins d'un mois avant le début des Jeux olympiques, qui se tiendront du 5 au 21 août, le site de l'Assemblée nationale a publié mardi 12 juillet le compte rendu de l'audition à huit clos par les députés du patron de la direction du renseignement militaire (DRM), le général Gomart.

Ce dernier a notamment évoqué "le signalement (…) de sept français de retour du Yemen en transit à Djibouti et d'étrangers susceptibles de conduire des actions terroristes sur le territoire national", mais aussi "d'un certain individu repéré en Libye et répertorié comme combattant étranger qui s’apprêtait à entrer sur le territoire français". 

En réponse à ces propos, le président de la commission, Georges Fenech, aborde quant à lui directement la menace à laquelle s'exposeraient les sportifs français qui se rendront à Rio pour les Jeux olympiques : "Je n’avais pas entendu parler de ce ressortissant brésilien qui s’apprêtait à commettre des attentats contre la délégation française aux Jeux olympiques. Comment pouvez-vous le savoir ?".

La relance de Georges Fenech ne semblant pas avoir de rapport avec les propos rapportés du général Gomart, il semble donc que le patron du renseignement militaire l'ait évoqué précédemment mais que cette partie de son discours ait été censurée, peut-on lire dans Libération. 

Selon le quotidien, cette information ne devait être divulguée dans le document de la commission d'enquête parlementaire. 

Parmi différents dispositifs, le Brésil a notamment prévu de mettre sur pied un "centre antiterroriste" composé d'experts américains, britanniques, espagnols et français pour prévenir le risque d'attentats. 

>>>> À lire aussi : Jeux olympiques de Rio de Janeiro : un gouverneur déclare l'état d'urgence

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !