Jeux Olympiques de Pékin : liberté limitée pour les correspondants des médias étrangers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Xi Jinping
Xi Jinping
©STR / AFP

Jeux Olympiques de Pékin : liberté limitée pour les correspondants des médias étrangers

Sans oublier que 18 journalistes étrangers ont été expulsés de Chine en 2020

Le Club des correspondants étrangers en Chine (FCCC) demande aux autorités chinoises et au Comité international olympique (CIO) de leur permettre de couvrir sans entraves les prochains Jeux olympiques d’hiver qui s’ouvrent le 4 février prochain souligne le quotidien La Croix.

Depuis plusieurs années déjà, les 150 journalistes membres du FCCC déplorent une « détérioration » constante de leurs conditions de travail, victimes de surveillance, de pressions, de chantage au visa et parfois d’expulsions (18 journalistes ont été expulsés de Chine en 2020) ajoute La Croix.

Dans la perspective des JO d’hiver de Pékin, « la presse étrangère a été depuis un an constamment entravée dans son travail pour couvrir les préparations des Jeux », précise la déclaration, soulignant qu’elle s’est vue interdire l’accès à plusieurs événements officiels et a été empêchée de visiter certains sites olympiques.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !