En Égypte, le nouveau visage des jeunes salafistes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En Égypte, le nouveau visage
des jeunes salafistes
©

Pimp my salafiste

En Égypte, le nouveau visage des jeunes salafistes

Ils organisent des matchs de foot avec des chrétiens et se disent prêt à accepter une femme à la tête du pays.

Certes, ils portent toujours la barbe. Mais un groupe de jeunes salafistes égyptiens offre un visage complètement inattendu.

Le salafisme, c'est un courant de l'Islam qui prône un retour à la religion des origines, avec une interprétation littérale du Coran. Favorable à la charia et à l'installation d'un califat en Égypte, ce mouvement ultra conservateur reprend des forces depuis la chute d'Hosni Moubarak.

Au sein de ce mouvement, un groupe a décidé de prendre une nouvelle orientation. Il s'appelle Salafyo Costa, un nom tiré du café occidental fréquenté par un groupe de jeunes salafistes.

Ces derniers revendiquent ouverture d'esprit et tolérance. "On essaie quelque chose de nouveau", explique Mohamed Tolba, âgé de 32 ans. "Le cliché du salafiste, c'est quelqu'un qui appartient à la classe populaire et n'a pas fait d'études. Mais à Salafyo Costa, on ne ressemble pas à ça, et ce n'est pas comme ça que l'on envisage le futur."

Salafyo Costa est notamment l'instigateur d'un match de foot entre chrétiens et salafistes. Pour l'occasion, les deux équipes se sont retrouvées en terrain neutre. "On avait peur... Et ils avaient peur aussi car ils s'attendaient à jouer avec des monstres."

Mohamed Tolba est aussi le réalisateur d'un court-métrage vu plus de 80 000 fois sur Youtube. Le scénario : un chrétien et un salafiste prennent le thé ensemble, dans un climat de défiance mutuelle évidemment exagéré. "Nous sommes comme Nokia : on connecte les gens", explique un autre membre du groupe en plaisantant.

"Oui, on souhaite qu'il y ait une influence islamique sur la constitution, déclare Mohamed Tolba. Mais nous voulons des lois justes, pas de l'intimidation. Si les Égyptiens refusent la charia, nous accepteront leur décision."

Lu sur The Los Angeles Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !