Jean-Marc Ayrault prépare des "mesures sévères" pour moraliser la vie politique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Marc Ayrault avait fait des annonces semblables vendredi durant un déplacemen en Allemagne
Jean-Marc Ayrault avait fait des annonces semblables vendredi durant un déplacemen en Allemagne
©Reuters

Transparence et moralité

Jean-Marc Ayrault prépare des "mesures sévères" pour moraliser la vie politique

Le premier ministre français a promis de mettre en place "La fin du cumul des mandats, la transparence totale sur les patrimoines, la traque des conflits d'intérêts, la lutte contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux."

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a réaffirmé que le gouvernement préparait "des mesures sévères" pour moraliser la vie politique après l'affaire Cahuzac, dans une interview à la Nouvelle République du Centre-Ouest parue lundi.

"Je prépare sous l'autorité du président de la République des mesures sévères pour garantir la transparence, le respect de la loi et la probité", affirme Jean-Marc Ayrault. Vendredi lors d'un déplacement en Allemagne, il avait déjà annoncé "les décisions les plus sévères" dans un texte de loi "d'une très grande fermeté". "Les sanctions seront durcies, car nous ne pouvons tolérer le moindre manquement de la part de ceux qui sont investis d'une fonction publique", ajoute-t-il dans cette interview.

"La fin du cumul des mandats, la transparence totale sur les patrimoines, la traque des conflits d'intérêts, la lutte contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux. Nous ferons tout ceci", énumère-t-il. "Il y aura peut-être des résistances ou des hésitations ; je les combattrai avec la dernière énergie. C'est la condition de la confiance", conclut-il.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !