Jean-Marc Ayrault : "je crois qu'il faut garder son calme" sur le budget 2014 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Marc Ayrault : "je crois qu'il faut garder son calme" sur le budget 2014
©

Zen

Jean-Marc Ayrault : "je crois qu'il faut garder son calme" sur le budget 2014

Le Premier ministre a insisté sur les mesures qui permettront de réussir "la transition énergétique".

Jean-Marc Ayrault veut éviter les couacs et les critiques. Pas question de céder à la pression des uns et des autres. Le Premier ministre veut être le seul mettre à bord dans le "bateau" du gouvernement. Alors, pour lui, le budget 2014 ne doit pas être une pomme de discorde. Ainsi, Jean-Marc Ayrault a appelé ce jeudi "à garder son calme" après le cafouillage sur une augmentation de la taxation du diesel qui a déclenché la colère des écologistes, partenaires de la majorité.

"Ce que nous partageons avec les écologistes, c'est une ambition pour réussir la transition énergétique", a déclaré Ayrault, lors d'un déplacement au collège connecté Léonard-de-Vinci à Saint-Brieuc.

Mercredi, le ministre de l'Environnement, Philippe Martin, et celui chargé des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, ont affirmé concomitamment que la piste d'une hausse de la taxation du diesel, réclamée par les écologistes, avait été "abandonnée". Peu après, devant la colère de Europe Écologie-Les Verts, Philippe Martin était revenu sur ses propos, et dans la soirée Pierre Moscovici (Économie) et Bernard Cazeneuve (Budget) avaient affirmé que la question n'était pas tranchée.

"Quand vous aurez compris vous-même ce que c'est la contribution climat énergie, vous verrez que ce n'est pas une pomme de discorde" a expliqué "JMA". Un discours pour éteindre l'incendie. Reste à savoir s'il sera  écouté.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !