Jean-Luc Mélenchon veut "élargir le Front de gauche" aux frondeurs du PS et aux écologistes pour éviter une "macronite" de la gauche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Luc Mélenchon veut "élargir le Front de gauche" aux frondeurs du PS et aux écologistes pour éviter une "macronite" de la gauche
©Reuters

Tous ensemble, tous ensemble !

Jean-Luc Mélenchon veut "élargir le Front de gauche" aux frondeurs du PS et aux écologistes pour éviter une "macronite" de la gauche

Le cofondateur du Parti de gacuhe a aussi ironisé sur le terme de "mélenchonisation" utilisé par le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis.

Jean-Luc Mélenchon est de retour ! Dans son style toujours aussi incisif, le cofondateur du Parti de gauche s'est exprimé ce week-end, profitant des bisbilles au sein du Parti socialiste et d'Europe Ecologie Les Verts. Ce dimanche, pour clôturer l'université d'été du parti à Toulouse, il a ainsi déclaré à la tribune vouloir "élargir le Front de gauche", notamment aux frondeurs du PS et aux écologistes, pour éviter une "macronite" de la gauche. Pour lui, à trois mois des élections régionales, "il faut se rassembler", a-t-il lancé concluant trois jours de débats.

A lire aussi : Emmanuel Macron, cet ovni qui donne un coup de vieux à la classe politique

Et de livrer ses propositions pour avancer groupés : "Le Front de gauche doit être la base sur laquelle doit se construire la suite", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Il doit impérativement s'élargir, se donner une nouvelle vocation". Le cofondateur du Parti de gacuhe a aussi ironisé sur le terme de "mélenchonisation" utilisé par le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis : "Tout organisme de gauche ou qui se veut tel, atteint de macronite, est promis à la mélenchonisation, qui est la réaction de l'organisme sain pour conserver son identité", en référence au ministre de l'Économie Emmanuel Macron. 
En outre, profitant également de la crise à EELV, avec le départ, de deux leaders, François de Rugy et Jean-Vincent Placé il a insisté : "cette union va pouvoir se faire, parce que quel sens ça pourrait bien avoir des listes autonomes toutes seules de EELV sous leur seule étiquette, ça ne peut pas peser dans la réalité". Jean-Luc Mélenchon propose donc de rallier les déçus pour les régionales. Réussitra-t-il à rassembler ?

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !