Borloo quitte l'UMP | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Borloo quitte l'UMP
©

A son compte

Borloo quitte l'UMP

L'ancien ministre de l'Écologie annonce la création d'une confédération des centres dont la vocation est de présenter un candidat à la présidentielle.

L'événement médiatique avait été bien préparé, et Jean-Louis Borloo vient de fêter ses 60 ans en s'offrant (peut-être) une nouvelle vie politique.

L'ancien ministre de l'Écologie du gouvernement de François Fillon a annoncé, ce jeudi soir sur France 2, qu'il allait quitter l'UMP. Interrogé par Arlette Chabot dans l'émission A vous de juger, il a expliqué les contours de son nouveau rassemblement : "On va organiser cette formation politique avant l'été. Evidemment, c'est à l'extérieur de l'UMP et par voie de conséquence, nous allons, je quitte l'UMP. (...) Vous pouvez considérer qu'il y a une nouvelle formation, une alliance républicaine". Dans son sillage, c'est l'ensemble du Parti Radical qui devrait voter son émancipation du parti majoritaire lors du congrès de la formation des 14 et 15 mai prochains.

Jean-Louis Borloo entend réunir autour de lui des centristes, des écologistes et des "républicains sociaux" pour bâtir une alliance "humaniste". Accompagné sur le plateau d'A vous de juger par Hervé Morin ou Jean-Marie Bockel, l'ancien ministre de l'Écologie s'est démarqué des positions du gouvernement sur la sécurité et l'immigration. Il a indiqué que la laïcité n'était "pas le problème aujourd'hui".

M. Borloo a ménagé, dans ses propos, le président de la République et la famille UMP en général, mais il a tout de même souligné un "point de fracture sociologique extrêmement fort" entre "ceux qui ont peur de l'autre et ceux qui considèrent que [l'autre] est une extrême richesse".

Si les contours juridiques, administratifs et surtout financiers de cette nouvelle formation politique ne sont pas tout à fait arrêtés, celle-ci aura vocation à présenter un candidat à l'élection présidentielle. Jean-Louis Borloo s'est dit prêt à endosser cette responsabilité, mais "cela se fera collectivement". Une décision devrait être prise en ce sens avant l'automne.

Selon un sondage Ipsos Logica réalisé pour France 2 en marge de l'émission, 30 % des personnes interrogées souhaitent une candidature de M. Borloo en 2012, mais 52 % estiment qu'il ne franchira pas le pas. A noter que l'ancien ministre de l'Ecologie est jugé plus sincère et plus compétent par les partisans du PS que par les sympathisants de l'UMP.

Lu sur France 2

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !