Jean-François Copé a déposé 2 propositions de loi à l'Assemblée pour renforcer la transparence financière des partis politiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-François Copé a déposé 2 propositions de loi à l'Assemblée pour renforcer la transparence financière des partis politiques
©

Plus blanc que blanc

Jean-François Copé a déposé 2 propositions de loi à l'Assemblée pour renforcer la transparence financière des partis politiques

Le maire de Meaux propose d'élargir la compétence de la Commission nationale des comptes de campagne.

Jean-François Copé avait cette volonté depuis plusieurs mois : celle de redonner de la transparence à la vie politique. Eclaboussé par l'affaire Bygmalion qui l'a poussé à la démission de la présidence de l'UMP, le maire de Meaux a décidé de déposer deux propositions de loi à l'Assemblée nationale. L'objectif est de renforcer la transparence financière des partis politiques. Une façon de donner l'exemple.

Souhaitant montrer l'exemple en quelque sorte, il estime notamment que "les comptes de campagne des candidats sont d'ores et déjà l'objet d'un examen spécifique qui pourrait être utilement approfondi" et qu'il est "indispensable" de rétablir la confiance des Français à l'égard des responsables politiques. 

Dans ces propositions, l'ancien président de l'UMP propose "d'élargir la compétence de la Commission nationale des comptes de campagne en imposant aux partis ou groupements qui ont soutenu un candidat de déposer des comptes certifiés établis sur la période de la campagne électorale ainsi que les pièces comptables et justificatifs nécessaires à leur contrôle". Jean-François Copé souhaite aussi que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques puisse rendre public l'ensemble des pièces comptables et justificatifs nécessaires au contrôle des comptes de campagne des candidats à la présidentielle.

Il écrit aussi que "la mise en cause des conditions de leur fonctionnement emporte inévitablement des conséquences sur la perception qu'ont nos concitoyens du fonctionnement de la démocratie". Par son texte, Jean-François Copé veut ajouter des obligations à la loi de 1988 sur la transparence financière de la vie politique, notamment un dispositif "d'audit interne" aux partis politiques "exercé par un comité indépendant et objectif dont la mission sera de donner aux organes de direction (...) une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations et de lui apporter ses conseils pour l'améliorer, notamment sur le plan financier et comptable". Une nouvelle loi pour un nouveau regard sur les hommes politiques, tel semble être le voeu pieux du maire de Meaux.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !