Jean-Christophe Cambadélis fustige la "vision partielle et partiale" de la Cour des comptes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Christophe Cambadélis très critique à l'égard de la Cour des comptes
Jean-Christophe Cambadélis très critique à l'égard de la Cour des comptes
©Flickr

Tacle

Jean-Christophe Cambadélis fustige la "vision partielle et partiale" de la Cour des comptes

L'institution estime que le déficit public risque de baisser moins que prévu et d'atteindre 4% du PIB fin 2014.

Jean-Christophe Cambadélis contre-attaque. Le premier secrétaire du PS n'a semble-t-il pas apprécié les constats et les recommandations effectués par la Cour des comptes. Mardi, l'institution a estimé que le déficit public risque de baisser moins que prévu et d'atteindre 4% du PIB fin 2014  voire davantage si la croissance économique est inférieure au 1% sur lequel table le gouvernement. Pour aider le gouvernement à atteindre ses objectifs, elle propose d'agir notamment sur la masse salariale, les dépenses d'assurance maladie et celles des collectivités territoriales.

Un avis que Cambadélis désapprouve totalement. Ce mercredi, le premier secrétaire du PS a fustigé la "vision partielle et partiale" de la Cour des comptes"La Cour des comptes s'évertue à promouvoir des mesures dogmatiques, austéritaires et punitives déconnectées de la réalité et des besoins de notre pays. Cette photographie partielle, et donc partiale de l'état des finances publiques, ne permet pas de contribuer utilement aux enjeux structurels" a-t-il expliqué avant d'ajouter qu'il s'agissait d'une "vision comptable et mécanique de l'évolution de la fonction publique".

"Ces préconisations à 'courte vue' constituent des attaques stériles et erronées contre la fonction publique et l'investissement local" a-t-il commenté. Didier Migaud critiqué mardi s'était justifié en disant que la Cour des comptes met "des pistes sur la table, c'est tout". Visiblement pas les bonnes selon Jean-Christophe Cambadélis et quelques membres du PS.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !