Jean-Christophe Cambadélis dénonce la "poutinisation des esprits" à droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Christophe Cambadélis dénonce la "poutinisation des esprits" à droite
©Reuters

Rien à voir avec la poutine québécoise

Jean-Christophe Cambadélis dénonce la "poutinisation des esprits" à droite

Le premier secrétaire du Parti socialiste accuse notamment Nicolas Sarkozy de présenter un projet de société "autoritaire et inégalitaire".

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, s'est exprimé ce dimanche à Paris en clôture d'un séminaire réunissant environ 300 cadres du PS. A cette occasion, il a fortement critiqué les positions de certains candidats des Républicains, allant jusqu'à dénoncer une "poutinisation des esprits d'une partie de la droite".

"Regardez comment pour eux Poutine est un exemple dans la défense des valeurs occidentales, dans la manière de se comporter face aux problèmes, dans la virilité par rapport aux questions posées dans la société !", a-t-il lancé, avant de s'en prendre plus particulièrement à Nicolas Sarkozy. Son livre "est un élément majeur dans notre pays. Ce livre est un manifeste pour un programme commun de la droite décomplexée et de l'extrême droite ! Ce livre est un problème de société", a-t-il fustigé.

Le projet de la droite "à la fois autoritaire et inégalitaire (...) innerve, structure, constitue l'ensemble de la droite dans une proximité terrible et dans une confusion incroyable avec le Front national, a-t-il observé.

Jean-Christophe Cambadélis a aussi critiqué les positions anti-islam de Nicolas Sarkozy. "Nicolas Sarkozy a décidé de transformer la primaire de la droite en un référendum pour ou contre l'islam (...) Alain Juppé veut faire un référendum contre Nicolas Sarkozy", a-t-il lancé.

Lu dans Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !