Jean-Christophe Cambadélis : "La France n'est pas un Land allemand" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Jean-Christophe Cambadélis : "La France n'est pas un Land allemand"
©

Réplique

Jean-Christophe Cambadélis : "La France n'est pas un Land allemand"

Lors de l'université d'été de la Rochelle, le premier secrétaire du Parti Socialiste a dit regretter "la façon dont nous parle l'Allemagne depuis 48 heures".

"Il y a entre le SPD et Mme Merkel une grande différence. Le SPD nous tend la main, Mme Merkel nous fait la leçon" a déclaré Jean-Christophe Cambadélis. Invectivant la chancelière allemande, le premier secrétaire du PS a déclaré : "Je crois que nos deux nations ne peuvent pas avancer ensemble s'il n'y a pas du respect entre elles. Nous sommes une grande nation qui fait des efforts pour nous rassembler. Nous ne sommes pas un Land allemand".

Cette mise en garde intervient deux jours après les déclarations de la chancelière allemande dans les colonnes du magazine "Cicero", qui avait réitéré son souhait de voir de "véritables réformes structurelles" menées en France, sans toutefois émettre d'avis sur la composition du gouvernement de Manuel Valls. 

En présence de Martin Schulz, membre du SPD allemand, Jean-Christophe Cambadélis a ensuite lancé : "On ne peut pas parler à la France comme on nous a parlé depuis 48 heures. Je te remercie d'être venu nous parler le vrai langage de l'Allemagne". 

Dans la période de division que connaît la famille socialiste, Jean-Christophe Cambadélis a enfin insisté sur la nécessité du PS à se "réinventer". "Pour reformuler les raisons d'être du Parti socialiste et aussi pour redéfinir des raisons d'être membre du Parti socialiste. Qu'est-ce qu'être socialiste et pourquoi devenir socialiste ? Telles sont les deux questions essentielles qu'il nous faut impérativement nous poser pour continuer à peser" a-t-il conclu.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !